Annals of the university of craiova




НазваниеAnnals of the university of craiova
страница1/30
Дата28.11.2012
Размер1.46 Mb.
ТипДокументы
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30


ANNALES DE L'UNIVERSITÉ DE CRAÏOVA

ANNALS OF THE UNIVERSITY OF CRAIOVA


ANALELE UNIVERSITĂŢII

DIN CRAIOVA





SERIA ŞTIINŢE FILOLOGICE

LANGUES ET LITTÉRATURES ROMANES





AN XI, Nr.1, 2007


EDITURA UNIVERSITARIA

ANNALES DE L'UNIVERSITÉ DE CRAÏOVA

13-15, Rue A.I. Cuza

Craïova, Roumanie

Tél./fax: 00-40-251-41 44 68

E-mail: litere@central.ucv.ro


........................................................................................................................

La revue s’inscrit dans les publications prévues dans les échanges en Roumanie et à l'étranger

Double Blind Review

Sheer Peer Review

..........................................................................................................................


Directeur de publication: TROCAN Lelia


Coordination scientifique:



AISSAOUI Driss (Université Dalhousie - Halifax - Canada) 

CHAUVIN Danièle (Université de Paris 4 - Sorbonne - France)

FRERIS Georges (Université Aristote de Thessalonique - Grèce)

GONTARD Marc (Université Rennes 2 - France)

GRANNIER Danièle Marcelle (Université de Brasilia - Brésil)

ILIESCU Maria (Leopold-Franzens-Universitat - Innsbruck - Autriche)

INAL Tugrul (Université Hacetteppe - Ankara - Turquie)

IOANNOU Yiannis (Université de Nicosie - Chypre)

KERBRAT - ORECCHIONI Catherine (Université Lyon 2 – France)

MONTANDON Alain (Université de Clermont-Ferrand - France)

PEYLET Gérard (Université Montaigne 3 - Bordeaux - France)

PETEGEM van, Marleen (Charles de Gaulle - Lille 3 - France)

SIEWIERSKI Henryk (Université de Brasilia - Brésil)

STREHLER René (Université de Brasilia - Brésil)

TROCAN Lelia (Université de Craiova - Roumanie)

 

 

Comité de rédaction: COSTĂCHESCU Adriana

COMAN             Marinella

DINCĂ                Daniela

MANOLESCU    Camelia

TEODORESCU   Cristiana-Nicola

 

Responsable du numéro: RĂDULESCU Valentina







ISSN 1224 – 8150


SOMMAIRE


DOSSIER LITTÉRATURE


Driss AISSAOUI, Métamorphoses du poème en prose. De l’aube des Lumières à nos jours 9

Florentina ANGHEL, A Portrait of the Artist de James Joyce – un roman

autoréflexif 19

Felicia BURDESCU, Remarques sur le Pragmatisme américain 24

George FRERIS, La littérature d’émigration ou le transculturel métissé 29

Marius GHICA, Le jeu et l’écriture deridienne 35

Marc GONTARD, Écritures du discontinu en contexte postmoderne.

Collages et fragments chez Michel Butor et Georges Perros 44

Tuğrul INAL, Une proposition de méthode de lecture : l’approche empathique 55

Ioan LASCU, Roland Giguère – « le poète du paysage intérieur » 68

Camelia MANOLESCU, L’art du monochrome. Le défilé de la Hache 73

Maria ORPHANIDOU – FRERIS, Le langage « métissé » en traduction littéraire 78

Elena RĂDUCANU, Interférences littérature – image 83

Lelia TROCAN, La nouvelle critique et l’équilibre mobile 89

Lelia TROCAN, Le baroque et les beaux-arts 97


DOSSIER LINGUISTIQUE


Doina BUTIURCĂ, De la quête identitaire à la super-couche européenne dans les langues nationales (avec application à la langue roumaine) 104

Cecilia CONDEI, Les variétés du français dans les manuels roumains de FLE 114

Adriana COSTĂCHESCU, Verbes à cible mobile 121

Daniela DINCĂ, L’opposition sujet vs. Objet direct dans la classe du nom propre (domaine français – roumain) 135

Ancuţa GUŢĂ, Collision des discours en droit 141

Dorina PĂNCULESCU, La sémantique lexicale et l’enseignement des noms. Applications didactiques 149

Ileana-Camelia POPA, Les verbes de confession 165

Mihaela POPESCU, Encore une fois sur le système conditionnel du français 170

Anda RĂDULESCU, Constructions roumaines à valeur possessive : aspects

syntactico-sémantiques 179

Anda RĂDULESCU, Remarques sur les traductions successives de Une charogne de Charles Baudelaire en roumain 191

Daniela SCORŢAN, L’importance de la compétence de communication orale

en classe de FLE 200

René G. STREHLER, Régionalismes et lexicographie :

le français comparé au portugais 206

Titela VÂLCEANU, Évolution linguistique et traduction 213

Abstracts 218


Les études publiées dans le présent numéro des Annales de l’Université de Craiova illustrent la recherche scientifique soutenue des enseignants et des chercheurs roumains et étrangers, des personnalités du monde universitaire, dans les domaines de la littérature, de la linguistique et de la didactique. Les ouvrages ont, à la fois, un caractère théorique et applicatif, révélant les nouvelles tendances dans des domaines de pointe de la recherche (morphosyntaxe, sémantique, pragmatique, théories et pratiques discursives, sociolinguistique, linguistique contrastive et traduction, didactique, discours littéraire francophone, théorie et critique littéraires, poétique et poïétique, production et analyse du texte).

Une large place est également dévolue aux littératures d’expression française contemporaine, à la littérature migrante, les auteurs interrogeant le foyer de la création littéraire : l’acte de l’écriture en son origine, en ses pratiques, en ses enjeux. Ce sont ces aspects que les présentes études déclinent tour à tour : les explications du phénomène littéraire (inspiration, expérience et génie littéraire) ; les techniques de la création et leur spécificité ; le pouvoir de la littérature à refigurer et donc à réinventer le monde, en procurant à la fois plaisir et connaissance.

Quant aux recherches visées, on y trouve des repères pour que chacun, selon sa curiosité et son goût, puisse mieux situer ses lectures par rapport à l’évolution des relations entre la littérature, la linguistique, les sciences, les beaux-arts, la sociologie, la religion, la société en général, l’état de la langue et l’évolution politique.

Le volume essaie, par conséquent, d’offrir des perspectives permettant au lecteur d’appliquer certaines théories et méthodologies dans la littérature et la linguistique en relation avec les influences et les problèmes qui n’ont cessé de faire vivre, donc, se renouveler, les domaines abordés par les chercheurs.

En raison de la variété et de la profondeur des sujets abordés, ce numéro des Annales offre la chance d’un dialogue fervent et d’un échange fructueux. Il nous reste à remercier tous les chercheurs d’avoir mis au centre de leurs débats les possibilités et les limites ouvertes à la recherche par la diversité littéraire et linguistique actuelle, autant d’apports pertinents, créatifs et novateurs.


Lelia Trocan


DOSSIER

LITTÉRATURE


MÉTAMORPHOSES DU POÈME EN PROSE. DE L’AUBE DES LUMIÈRES À NOS JOURS

Driss AISSAOUI

University of Technology Sydney



MOTS-CLÉ

poème en prose, métamorphose, conscience créatrice, glissement, poétisation de la prose, hybridité.


INTRODUCTION

Le poème en prose «porte jusque dans son nom la marque d'une double nature» (Molino, 1990 : 59). Il tient à la fois de la poésie et de la prose. L'une lui assure une assise organisatrice qui lui permet de se construire comme un tout poétique. L'autre le dote d'une puissance anarchique ou destructrice qui le porte à nier les formes existantes. L'alliance des termes dont résulte son appellation n'est pas arbitraire; elle témoigne d'une dualité qui lui permet de jouer sur plusieurs registres et de passer d'un clavier à l'autre.

Né d'une révolte contre les lois de la métrique et de la prosodie, le poème en prose remet en question la notion même de clôtures génériques. Mais comme toute révolte contre les lois préétablies est toujours obligée de remplacer ces lois par d'autres, ce genre «rebelle», finit par conditionner ses formes d'existence et par devenir un genre littéraire catalogué. C'est justement ce mouvement qui conduit le poème en prose d'un refus des règles à une forme d'organisation artistique qui constituera l'objet de la présente étude.


1. PROTOHISTOIRE DU POÈME EN PROSE

L’apparition du poème en prose est intimement liée à une crise des consciences créatrices qui a secoué la scène littéraire depuis la fin de l’âge classique jusqu’à l’aube de l’ère romantique. La période de gestation qui s’en suit et la recherche de nouvelles valeurs esthétiques constituent un terrain fertile pour l’élaboration d’un nouvel art poétique. Le poème en prose est l’un des résultats de la volonté qui portait quantité d’esprits illustres à vouloir soustraire la poésie française aux contraintes qui la rendaient peu fructueuse.

Au sortir de la période classique, s’est développé un sentiment selon lequel les règles esthétiques, léguées par une période dont la tyrannie normative laissait peu de place à l’invention et à l’inspiration, étouffaient l'esprit créateur dans la mesure où elles ne permettaient de produire rien de neuf dans les formes préétablies. Les propos de S. Bernard sont significatifs à cet égard : «La poésie française, emprisonnée dans le corset des règles étroites, desséchée par le goût de l'abstraction, appauvrie par la superstition du langage 'noble', n'était plus guère qu'un fantôme sans couleur» (Bernard, 1959 : 23). Le déclin poétique qu'a connu la France pendant la première moitié du XVIIIe siècle est perçu par Diderot comme la conséquence de l'impertinence des règles régissant la création littéraire. Il estime que «les règles ont fait de l'art une routine» (Diderot, 1876 : 76). Il ajoute: «je ne sais pas si elles n’ont pas été plus nuisibles qu'utiles. Entendons-nous: elles ont servi à l'homme ordinaire; elles ont nui à l'homme de génie» (Diderot, 1876 : 77). Il paraît donc évident que le poème en prose constitue une réponse à des besoins profonds d’un XVIIIe siècle inquiet et avide d'évasion. À une sensibilité nouvelle, à une autre façon d’être, doit correspondre un moule scripturaire mieux adapté à l’air du temps.


1. 1. Glissement de la poésie vers la prose

Au début du XVIIIe siècle, la prosodie française était, de par les obstacles excessifs qu’elle opposait à l'inspiration, considérée comme la cause directe de la décadence profonde où se trouvait la poésie. Au nom d’un mouvement de contestation visant à libérer l'esprit créateur des contraintes et des entraves qui freinent son élan, un procès est engagé contre les procédés formels qui, disait-on, rendaient la poésie imperméable aux vivacités nécessaires à toute expression poétique. C’est en particulier la poésie traditionnelle qui constitue la cible de cette hostilité manifeste à l’endroit des normes classiques. La raison à cela est que la versification française était peu souple. Parmi les voix qui s’élèvent alors pour sortir la poésie de son impasse figure Voltaire qui, dans son Essai sur le Poème épique, déplore la condition du poète français: «J'ose affirmer, dit-il, qu'il n'est pas de langue dans laquelle la versification ait plus d'entraves» (Voltaire, 1723). En condamnant les difficultés imposées par la versification, Voltaire considère que la poésie devrait être calquée sur le modèle de la prose afin qu’elle puisse aspirer à plus de transparence et de précision. Il s’en explique: «tout vers qui n'a pas la netteté et la précision de la prose ne vaut rien» (Voltaire, 1723). Les propos de Voltaire bénéficient du soutien d’autres esprits illustres du XVIIIe siècle tels que Fénelon, Perrault et La Motte qui, à leur tour, condamnent les artifices du vers et militent en faveur d’une poésie qui serait aussi souple que la prose.

Cette réticence à l’endroit du moule poétique traditionnel, qualifié à la fois de rigide, d’uniforme et de contraignant, se traduit au niveau de la création littéraire par l'apparition d’œuvres rebelles à toute classification générique. Déjà à l’époque classique, Molière a voulu se soustraire aux normes établies en opérant une alternance de mètres différents, en ayant recours au vers libre ou en introduisant carrément la prose dans des pièces écrites en vers. Le vers libre et le recours à la prose lui fournissent une plus grande facilité métrique et lui permettent, par la même occasion, d’exprimer sa pensée plus facilement grâce à un moule moins uniforme et moins contraignant que celui du vers régulier.

L’un des éléments qui favorisent ce jumelage de la poésie avec la prose consiste en l’esprit rationaliste qui s’affirme à la charnière des deux derniers siècles de l’Ancien Régime. Le progrès réalisé pendant cette époque dans le domaine des sciences exactes exerce une influence notable sur le milieu littéraire. L’émergence d'un «discours scientifique» ayant comme attributs formels la souplesse et la simplicité ne manque pas de séduire un public désirant se soustraire aux conventions esthétiques admises et se lancer à la conquête de nouveaux horizons. Ce discours scientifique ou savant fournit à la poésie un modèle lui permettant de survivre au «triomphe» de la prose. Les propos suivants de Vaugelas décrivent cette réalité: «vous savez, Messieurs, que la poésie est la servitude des poètes; qu'ils sont esclaves des mots et des syllabes et qu'ils sont resserrés et contraints dans certaines règles gênantes, dont ils ne peuvent se dispenser sans honte et sans reproche. N'avouerez-vous pas que la prose libre est une souveraine et que la poésie contrainte est une esclave»? (Ranscelot, 1926 : 498) Vaugelas exprime bien la tendance qui, de son temps, vise à assouplir la poésie en la modelant sur certaines formes prosaïques. Il est à noter, par ailleurs, que parallèlement à ce mouvement qui fait glisser la poésie dans le domaine littéraire placé sous le patronage de monsieur Jourdain, un procédé inverse tend à rapprocher la prose de l'expression poétique. Aux efforts ayant pour objectif la libération du vers, répond, en parfait effet de miroir, une ascension de la prose vers le vers.


1. 2. Poétisation de la prose

La première moitié du XVIIIe siècle connaît la coexistence de deux types de prose. D'un côté la forme oratoire héritée du XVIIe siècle et qui tend à devenir poétique; d'un autre côté, la prose dite concise qui refuse toute ornementation poétique. Avec l'influence de grands auteurs comme Diderot et Rousseau, la première forme triomphe au détriment de la seconde. Deux facteurs expliquent la supériorité de la prose oratoire : d’une part, certains procédés rhétoriques qu’elle emprunte à la poésie; d’autre part, la portée lyrique dont elle tend à se charger. Selon Diderot, la prose doit être en mesure de concilier entre une beauté formelle et un fond lyrique. Ainsi, le rythme, le mouvement des phrases, la musicalité ne doivent pas ménager une harmonie purement esthétique, mais doivent également s'accorder avec les mouvements de l'être et s'adresser à sa sensibilité. Le rythme doit, selon lui, être «inspiré par un goût naturel, par la mobilité de l'âme» (Diderot, 1767 : «Lauterbourg»). Il estime que «ce n'est pas à l'oreille seulement, c'est à l'âme d'où elle émane que la véritable harmonie s'adresse» (Diderot, 1767 : «Lauterbourg»).

Différents facteurs favorisent la poétisation de la prose. Le goût du retour à l'antique n’est pas le moindre. Le désir d’imiter la prose des Anciens se traduit par l'effort de créer un discours qui s’élève au-dessus du parler commun et échappe au vulgaire grâce au recours à des mots inconnus et à des tournures recherchées. L’usage d’un style peu usité a pour fonction de dépayser le vulgaire et de le rapprocher encore plus de l'expression poétique. Par ailleurs, l'influence exercée par la traduction de contes orientaux et l’engouement qu’elle suscite chez un public épris d’exotisme suggèrent un style plus fleuri et des jeux d'images étrangers à la prose ordinaire1.

Ce phénomène d'osmose qui s’opère entre la poésie et la prose donne lieu à une série d'œuvres __ plus ou moins brèves, plus ou moins poétiques __ qui établissent une certaine adéquation entre la souplesse de la prose et la tendance organisatrice de la poésie. Grâce à cette propriété, elles répondent partiellement au profil du poème en prose. Parmi les plus représentatives de ces œuvres, mentionnons comme exemple Joseph de Bitaubé (1767), Les Incas de Marmontel (1777), Télèphe de Pechmèjá (1784), Chansons Madécasses de Parny (1787), Numa Pompilius de Florion (1786) et Dernier Homme de Grainville (1805). À ce propos, S. Bernard estime que le XVIIIe siècle «fait lentement, à travers de nombreuses tentatives, l'acquisition des principes essentiels au poème en prose (resserrement, brièveté, intensité d'effet, unité organique)» (Bernard, 1959 : 19). À l’époque préromantique, cette forme littéraire a déjà acquis certaines composantes nécessaires à son développement. Mais étant donné que l'élaboration d'un genre proprement dit se fait selon des lois plus subtiles, le poème en prose est encore en quête de la forme singulière sous laquelle nous le connaissons et grâce à laquelle il accédera à l'«Olympe» des Belles Lettres. Mais ce qui comptait pour les premiers auteurs de poème en prose, c'était d'éviter de faire de lui un substitut, un dérivé du poème en vers. Ils voulaient créer un genre littéraire à part entière, jouissant d'une complète autonomie.


2. ÉMERGENCE DU POÈME EN PROSE

Aloysius Bertrand est généralement considéré comme le précurseur du genre littéraire en question. C’est dans son Gaspard de la Nuit (1842) qu’il aurait créé le poème en prose de toutes pièces. «Le poème en prose proprement dit, déclare Renée Riese Hubert, nous le devons, comme chacun sait, à Aloysius Bertrand» (Riese Hubert, 1966 : 169). Dans ce petit recueil, où sont «consignés divers procédés nouveaux d’harmonie et de couleur» (Bertrand, 1842), Bertrand met au point certaines modalités qu’il combine pour obtenir une technique nouvelle. Sa principale réalisation est d’avoir abandonné le principe d’un lyrisme spontané créant lui-même le rythme sans règles ni méthode, pour le remplacer par une technique précise et par une forme déterminée. La méthode de Bertrand consiste à travailler à partir d’un sujet puisé dans l’actualité qu’il s’agit de couler ensuite dans une formulation poétique. Cette façon de faire permet à Bertrand d’établir une adéquation entre l’élan lyrique que nécessite le poème en prose et l’organisation formelle. À ce propos, la Ballade (forme en six couplets, parfois en cinq ou sept) lui est d’un grand secours dans la mesure où elle lui fournit un moule plus ou moins fixe opère un resserrement du poème en l’articulant autour de son noyau poétique.

Mais si elle a permis à Bertrand de réussir une belle performance, la Ballade a rendu un mauvais service au poème en prose au sens où elle lui a imposé un cadre étroit et toujours semblable. S’il y a un reproche qu’on peut formuler à l’endroit de Bertrand est justement d’avoir réduit sa «ballade» en prose à un genre à forme fixe au même titre que le sonnet ou le rondeau2. Il faut reconnaître toutefois que Bertrand a quand même le mérite d’avoir donné l’autonomie à un genre encore mal défini en élaborant certaines lois qui seront reprises par ses continuateurs3.

Le premier de ceux-ci est Baudelaire. Dans la dédicace des Petits Poèmes en vers adressée à Arsène Hoursaye, il reconnaît sa dette envers son prédécesseur et expose ainsi son ambition : «C’est en feuilletant, pour la vingtième fois au moins, le fameux Gaspard de la Nuit d’Aloysius Bertrand, que l’idée m’est venue de tenter quelque chose d’analogue, et d’appliquer à la description de la vie moderne, ou plutôt d’une vie moderne et plus abstraite, le procédé qu’il avait appliqué à la peinture de la vie ancienne, si étrangement pittoresque» (Baudelaire, 1862). En effet, pour rendre compte de sa vision abstraite du monde, Baudelaire choisit un langage musical et imagé qui convient parfaitement à sa sensibilité de rêveur spleenétique. La réussite paraît complète. Les Petits Poèmes en prose fournissent la preuve que la prose se prête excellemment à l’expression des états poétiques les plus inusités.

Sous la plume de Baudelaire le poème en prose ménage un équilibre à la fois entre prose et poésie et entre expression et création. Se prononçant contre une conception purement formelle de la beauté, il se refuse à imposer à sa prose des cadres prédéterminés ou des ornements calqués. Grâce à des phrases transparentes et sans surcharge, il tente de traduire, le plus fidèlement possible, les mouvements du for intérieur. Par ailleurs, il veut que ses poèmes aient «une certaine somme de complexité» (Poe, : 516) qui puisse manifester l’intervention artistique du poète conférant à la matière à la fois une forme et une harmonie. Précisons, enfin, que Baudelaire a enrichi le poème en prose en utilisant des «tons» nouveaux comme l’humour, la bizarrerie et l’ironie. Son grand mérite est d’avoir donné au poème en prose toute la variété, toute la souplesse et toute l’intensité expressive qui dont il avait tant besoin.

Après Baudelaire, d’autres poètes, comme Rimbaud et Lautréamont, contribuent à la consécration du poème en prose en tant que genre littéraire reconnu. Le nombre considérable de poètes qui ont cultivé ce champ littéraire représente à la fois avantage et inconvénient. D’un côté, il confère au poème en prose une diversité formelle qui lui permet d’élargir ses possibles esthétiques; de l’autre, il le verrouille dans l’impossibilité de caser le genre à l’intérieur d’une grille fixe et définitive.

3. L’ÉLASTICITÉ PLASTIQUE DU POÈME EN PROSE4

Pour se constituer en genre littéraire proprement dit, le poème en prose a certes besoin de définir son esthétique propre, mais il a surtout besoin de se démarquer de certains arts du discours limitrophes. Sans cette distanciation par rapport aux genres voisins il pourrait se trouver sous la menace expansionniste de formes littéraires déjà établies comme le roman ou le conte avec lesquels il peut, à certains égards, être confondu.


3. 1. Risque de confusion avec le roman poétique

La volonté de rapprocher la prose de la poésie a conféré à plusieurs catégories de romans une parure poétique. Cette ressemblance avec la poésie est perceptible soit dans le sujet et dans le ton comme c’est le cas pour le roman féerique ou le roman lyrique, soit dans la structure thématique et musicale tel que l’illustrent assez bien les romans de Thomas Mann. Le roman, il est vrai, ne peut prétendre au statut de poème qu'en acquérant des qualités de brièveté et de concentration qui peuvent, de prime abord, paraître étrangères et même contraires à sa nature, puisque le roman s'organise dans la durée. Pour remédier à cette incompatibilité, deux moyens paraissent théoriquement possibles: «l'un consistant à concentrer le récit, à le resserrer autour de son noyau poétique afin d'accroître l'unité et l'intensité d'effet; l'autre consistant à faire éclater le récit en chapitres, ou en fragments, dont chacun formera un tout autonome: le roman sera formé alors d'une série de courts poèmes en prose» (Bernard, 1959 : 514). Sur le plan de la pratique, en revanche, on s'aperçoit qu'un roman à forme très brève, tel que le voulait Huysmans, perd très vite sa nature romanesque. Ceci s’applique également au Centaure de M. de Guérin qui peut donner une idée de structure réduite, mais qui est en réalité plus long. S. Bernard remarque que «si l'on admet comme ligne de démarcation le Centaure, qui est encore poème en prose par son extrême homogénéité, par son unité «cyclique» et par sa richesse symbolique, aussi bien que par un certain «ton» poétique, mais qui confine au roman parce qu'il est le «déroulement» dans le temps d'une existence, on pourra poser en principe que nulle œuvre en prose, si poétique soit-elle, qui excède les dimensions du Centaure ne peut plus être dénommée poème en prose; et inversement que nulle œuvre restant en deçà de ces dimensions, même si la «durée représentée» est très longue ne peut, par la-même, être un roman» (Bernard, 1959 : 514-515). La seconde formule, quant à elle, se révèle féconde. Le XIXe siècle est particulièrement fécond en romans formés de fragments dont le regroupement constitue un récit suggéré plutôt que raconté. Le fonctionnement de ce genre de textes repose sur une complicité du lecteur dont l’exercice de déchiffrement rétablit la continuité narrative en reliant les différents tableaux qui se succèdent. Mais si l’exemple de ces écrits ouvre la voie à une possible métamorphose du roman en poème, il existe différents éléments qui oppose une résistance à cette confusion. Nous reviendrons plus tard sur le problème des rapports entre le roman et le poème en prose, et sur les procédés qui permettent de distinguer entre les deux. Le passage du conte au poème, par contre, peut se faire par transitions insensibles.


3. 2. Risque de confusion avec le conte

Étant plus court, le conte conserve mieux que le roman son unité d'impression. Lorsque des conditions supplémentaires telles la brièveté et la concentration sont réunies, le conte peut facilement se confondre avec le poème en prose et les frontières entre les deux genres deviennent encore plus perméables. Nombreux sont les textes possédant certains procédés poétiques reçoivent indifféremment le nom de contes ou de poèmes. En commentant le recueil de Rachilde, Le Démon de l'Absurde, P. Quillard qualifie les Vendanges de Sodome et La Panthère de «riches poèmes en prose». Plus significative encore est la tentative de Gourmont qui a aussi pratiqué le poème en prose. Dans Les Nouvelles des îles infortunées, il propose un bon exemple de conte-poème. Ce texte se rapproche du poème en prose grâce à une technique fondée sur des répétitions, des leitmotivs, et une recherche de musicalité dans le style.

À partir de 1891, l'Ermitage publie des «contes» qui acquièrent un caractère poétique soit par le renvoi à un passé historique et légendaire, soit par l'usage d’éléments fantastiques qui génèrent un sentiment de dépaysement, ou alors par l’exploitation de la dimension poétique d'un symbole qui, comme par un effet de contagion, confère au texte où il est inséré le statut de poème. Dans certains cas aussi, le conte prend l’allure d’un poème en prose grâce à son aspect statique ou synthétique. Il est donc évident que la notion de poème en prose jouit d’une élasticité plastique qui la porte à s'élargir et à s'étendre au domaine de certains genres voisins. Le roman et le conte ne sont pas les seuls à subir cette tendance «expansionniste» du poème en prose. D'autres genres tels que la nouvelle et le verset subissent les mêmes assauts.


4. ASPECT HYBRIDE DU POÈME EN PROSE

S’il un élément qui puisse former une composante générique propre au poème en prose et susceptible de distinguer cet art de discours comme genre à part, c’est sans conteste cette tension permanente entre les deux formes discursives dont le mariage donne naissance au substantif qui désigne la pratique scripturaire en question. Expression oxymoron traduisant une coexistence forcée entre deux réalités antinomiques, l’appellation poème en prose fournit, au-delà de son caractère pédant, une description juste et exacte de cette dialectique constitutive du genre à savoir le rapport entre la forme indépendante et indéterminée de la prose et la forme rigoureuse et contrainte du vers.


4. 1. Caractère désordonné de la prose

Par opposition à la poésie, la prose tend à se soustraire aux contraintes formelles et aux impératifs rythmiques dictés par des considérations extérieures. Le poème en prose jouit d’une forme libre, non seulement parce qu’il évite les «vers dans la prose» (Souriau, 1893 : 331), mais aussi parce qu’il répugne aux structures oratoires, aux grandes ordonnances logiques et au style périodique. La prose permet, de par sa plasticité, une grande variété formelle. Dans cette perspective, il est permis d’affirmer que le poème en prose conférer à l'idée poétique «le droit de se créer sa forme en se développant» (Verhaeren, 1909 : 36). Sans chercher à rendre compte des différentes formes qu’elle peut prendre, il est possible de reconnaître à la prose certaines caractéristiques. Comme pour affirmer son élasticité, la prose se singularise par «la recherche du dynamisme, par des effets d'asymétrie ou de rupture et par des dislocations expressives de la phrase» (Bernard, 1959 : 435). Avec Rimbaud, par exemple, est né le «style de notation» caractérisé par le recours aux énumérations et aux phrases sans verbes. Apparaît aussi sous sa plume le goût de la discontinuité. Ce sont là les traits qui caractériseront la poésie en prose moderne. Tant par le vocabulaire que par la structure de la phrase, la forme prosée se prête mieux que le vers à exprimer tous les aspects de la réalité contemporaine.

Cependant, la poésie du XXe siècle restreint son champ. Elle s'oriente davantage vers le vers libre et le poème en prose; seuls modes d'expression qui peuvent accueillir un vocabulaire réaliste en appelant les choses par leur nom. L'emploi du terme précis, réaliste, vulgaire, peut être utilisé comme un moyen d'effet poétique original (les poèmes de Baudelaire et de Laforgue sont représentatifs à cet égard). Le lieu commun et le cliché peuvent aussi être pris comme éléments poétiques. Cette tendance à utiliser le banal et le vulgaire comme matériaux poétiques comporte le danger de conduire la poésie vers la facilité et la platitude.


Toutefois, le poème en prose, justement parce qu'écrit en prose, enrichit le lyrisme de certains modes nouveaux, difficilement admissibles dans la versification classique, tels que l'ironie, la bizarrerie (Bertrand et Baudelaire sont les premiers à avoir élargi le nombre des «tons» poétiques). Il y introduit surtout une forme particulière d'humour qui tiendra une place de plus en plus importante dans la poésie du XXe siècle. L'usage de cette diversité de tons est lié surtout à une certaine attitude d'individualisme génératrice d'anarchie et de désordre.


4. 2. Restriction du désordre formel

À cette prose si libre dans le choix des sujets, dans le vocabulaire et la syntaxe, dans le ton, le poème va imposer ses exigences, ses lois organiques. Ce rejet des conventions n'est pas rejet de toute loi; cette liberté de forme n'est pas une absence de forme. Au premier degré la prose s'organise en prose rythmée obéissant à des lois autres que celles qui régissent la simple prose pure et brute. Il s'agit maintenant de voir comment le poème, forme du second degré, impose à son tour à la prose plus ou moins libre, plus ou moins rythmée, une organisation d'ensemble et en fait un «être» artistique.

Il est peut-être utile, avant de continuer, de nous poser la question suivante: qu’est-ce qu'un poème? Il importe de rendre ici au mot tout son sens étymologique d'œuvre construite, «parfaite». Trop souvent on confond le poème avec la poésie, et l'on dénomme poème tout œuvre où se rencontre de la poésie. Or le poème en prose, qui ne doit pas être confondu avec la prose rythmée, ne doit pas être confondu davantage avec la poésie. Il sera nécessaire de reprendre ici cette notion de poème pour la préciser, et pour voir ce qu'elle comporte et ce qu'elle exclut. La définition de poème comme un tout, dont les caractères essentiels sont l'unité et la concentration, pourrait dans une certaine mesure s'appliquer au poème en prose. N'ayant pas recours au pouvoir incantatoire des vers pour provoquer l'enchantement poétique, celui-ci doit agir par sa seule densité, par son intensité d'effet.

Par ailleurs, le poème en prose constitue un univers poétique complexe où des relations ou implications réciproques s'instituent constamment, d’une part, entre les réalités dépeintes et, d’autre part, entre ces réalités et le signifiant qui les représente. En utilisant des éléments de la réalité matérielle ou mentale, le poète construit un «objet» esthétique et crée pour ainsi dire un «microcosme» complexe. Les propos suivants de Francis Ponge sont significatifs à cet égard : «il faut, pour qu'un texte, quel qu'il soit, puisse avoir la prétention de rendre compte d'un objet du monde extérieur, il faut au moins qu'il atteigne, lui, à la réalité dans son monde propre, qu'il ait une réalité dans le monde des textes... qu'il y prenne une valeur de personne... que ça soit un complexe de qualités» (Ponge, 1961 : 282). Dans ce «microcosme» investi de résonances diverses, il s’agit de prendre en considération l’ensemble des aspects et des plans poétiques. Autrement dit, les images, les rythmes ainsi que les structures sonores ou idéelles doivent constituer des composantes impératives. Il est donc évident que le poème en prose est fondé sur un principe d’unité et de globalité. Tous les détails et tous les mots importent. Ils sont censés agir conjointement afin de créer un tout esthétique et produire une impression globale. Dans cet univers poétique à la fois homogène et complexe, le «contrepoint» doit être particulièrement serré, dans la mesure où il s'agit d'une œuvre brève où la densité et l'unité d'effet sont à la fois plus nécessaires et plus faciles à réaliser.

C'est par rapport aux autres variétés de la prose qu'il importe de définir le poème en prose comme poème, et tout particulièrement le roman. Car qu’il s’agisse du conte, du récit ou encore de la nouvelle, les formes brèves de ce genre narratif sont souvent confondues avec le poème en prose. Cette confusion est doublement explicable. D'une part, si le roman est commandé par le principe de devenir et que sa finalité est avant tout de raconter une histoire, le poème en prose n'est pas nécessairement et descriptif. Assez souvent il prend une allure narrative. D'autre part, il faut le souligner, «roman et poésie ne se présentent jamais à l'état absolument pur» (Bonnet, 1951 : 97). Étant donné que le poème et le roman sont des arts du temps et que la durée représentée ne peut pas, à elle seule, servir de trait distinctif entre les deux, il convient de chercher ailleurs ce qui fait du poème en prose un genre poétique distinct. À cet effet, une nuance doit être prise en considération : si le roman doit s'organiser dans la durée et de se présenter sous forme d'un devenir afin que la consigne de progression soit observée, le poème en prose fonctionne autrement dans la mesure où il se présente comme une entité synthétique indivisible. Intervient comme agent distinctif supplémentaire entre les deux genres le que le poème en prose, à l’inverse du roman, ne propose aucune fin en dehors de lui-même. Quand il exploite des éléments narratifs ou descriptifs, c'est pour les intégrer à un ensemble et les mettre au service d’une finalité proprement poétique.


5. POUR UNE POÉTIQUE DU POÈME EN PROSE

Si, de par le nombre de plumes qui le pratiquent, le poème en prose s’est imposé en tant que genre bien établi, il n’en demeure pas moins que sa définition reste toujours à forger. Le flou qui caractérise cette pratique littéraire est sans doute lié à la tradition de refus dont elle est tributaire. Le poème en prose se soustrait à la notion de clôture générique et reste fidèle à sa nature polymorphe qui échappe à toute définition parce qu’il émane d’expériences individuelles et expose des visions particulières du monde. «La multiplicité des écritures»5 ne permet pas de ramener le genre à un schème commun. Mais ce caractère fugitif du genre n’exclut pas tout de même l’existence de certains attributs qui lui confèrent une identité générique distincte. Une série d’éléments permettent de différencier une prose ordinaire d’une autre investie de poésie. Nous n’avons pas affaire ici, il faut bien le souligner, à des règles strictes, mais plutôt à quelques lois internes forgées, comme par effet de sédimentation, à partir d’expériences particulières. Il est possible de ramener ces lois à trois critères qui constituent le fondement même du genre en question. Au premier rang se trouve le principe de l'unité organique. Malgré sa complexité apparente, le poème en prose doit impérativement former un univers clos. Si cette qualité lui fait défaut, il perd son statut de poème. Le principe de gratuité, qui constitue le deuxième critère de base, stipule que le poème doit se suffire à lui-même en s’interdisant toute fonction didactique. Enfin, le troisième critère consiste en la brièveté : le poème en prose ne supporte pas les digressions ou les développements explicatifs.

Rappelons, par ailleurs, que la constitution générique du poème en prose repose sur deux conditions organiques fondamentales : «il est en effet à la fois la forme poétique d'une anarchie libératrice, en lutte contre toutes les contraintes formelles __ et l'effet d'une volonté d'organisation artistique, qui seul Ponge, Méthodes, Paris, Gallimard, coll. «Idées», 1961, p. 282e lui permet de prendre forme, de devenir un être, un objet artistique» (Bernard, 1959 : 768). Quand l'une de ces deux conditions ne se rencontre pas dans un texte, il n'est pas possible de le considérer comme un poème en prose.


CONCLUSION

Le poème en prose fait face à un dilemme : soit qu’il conditionne ses modalités d’existence pour se constituer en genre proprement dit, puis se retrouver déserté par tous ceux qui voient en lui la forme littéraire la plus souple et la plus adéquatement qualifiée à exprimer les préoccupations existentielles de l’homme moderne; soit qu’il continue à faire violence à la notion de clôture générique et refuser de s’attribuer une forme fixe et définitive, puis courir le risque de s’anéantir dans le cas où une crise semblable à celle qui a sévi à l'époque du dadaïsme venait à se reproduire. Le sort du poème en prose restera incertain tant que les principes de brièveté, d’intensité et de gratuité, qui forment le noyau de cet art de discours, ne sont pas renforcés par des composantes périphériques permettant de délimiter son territoire générique et de marquer sa spécificité par rapport aux genres voisins. En attendant que ces conditions soient réunies, la proposition de Georges May concernant le genre autobiographique constitue une solution immédiate à la situation du poème en prose : «À la notion de définition, dit-il, qui a quelque chose en soi de trop raide, de trop figé, et pour tout dire, de trop définitif, il conviendrait peut-être de substituer celle, plus souple, de tendance, voire de tentation. Ce qu'on perdrait d'un côté en précision, on le gagnerait peut-être de l'autre en exactitude» (May, 1984 : 209). De par son caractère insaisissable et sa nature imprévisible, le poème en prose pose un défi aux théoriciens et leur rappelle que leur exercice conceptuel demeure un travail de seconde main tant il est toujours à la remorque des textes littéraires.


NOTES 


La publication, au XVIIIe siècle, de nombreuses traductions françaises de poèmes d'auteurs étrangers avait fait prendre conscience d'une chose capitale: la rime et la mesure ne sont pas tout dans un poème; celui-ci, même sans les rimes et la mesure de la version originale, peut avoir de la valeur. La prose avait réussi à intégrer des cadences et des thèmes poétiques de chansons et de ballades: la poésie pouvait donc exister hors des contraintes du vers.

2 Peut-être, était-ce là une étape obligatoire dans la mesure où il importait, pour commencer, de voir clairement la nécessité d'une structure et d'une forme. Et peut-être était-il besoin de fixer justement les limites d'un genre en s'appuyant sur des procédés précis et aisément dénombrables.

3 La période la plus stérile dans l'histoire du poème en prose est celle qui se situe entre la mort d'A. Bertrand et l'arrivée de Baudelaire. En possession d'un moule plus ou moins fixe, le poème en prose n'avait plus les moyens de faire concurrence à un vers romantique qui, lui, libéré des entraves les plus gênantes de la versification classique, continuait à viser au plus de variété possible. Par ailleurs, le fait même qu'on ait réalisé une certaine souplesse dans le cadre de la poésie a rendu inutiles les recherches du côté de la prose. «On voulait échapper à la tyrannie de règles strictes, de moules trop rigides, d'une langue poétique conventionnelle; tout cela a été réalisé dans le cadre même du vers: à quoi bon, dorénavant, chercher du côté de la prose?» Cf. S. Bernard, Le Poème en prose de Baudelaire jusqu'à nos jours, Paris, Nizet, 1959, p. 73.

4 L'expression d'élasticité plastique nous est inspirée par l'ouverture que manifeste le poème en prose à l'égard d'autres formes d'expression artistique, telles la peinture, la musique ou la sculpture. En réduisant cette notion au seul champ de la littérature, nous voudrions rendre compte des risques de confusion qui naissent des affinités qui existent entre le poème en prose et certains germes voisins.

5 L'expression est empruntée à R. Barthes (Barthes, 1953 : 121)
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

Похожие:

Annals of the university of craiova iconThe annals of university “dunărea de jos“ of galaţI

Annals of the university of craiova iconResponsibilities within the Faculty of Theology in Craiova

Annals of the university of craiova iconAnnals of operations research

Annals of the university of craiova iconStr. Vaslui Nr. 6, 200360 Craiova, Dolj, Romania

Annals of the university of craiova iconПравительство Российской Федерации Государственное образовательное бюджетное учреждение высшего профессионального образования
С использованием материалов коллег из Bologna University, International Peace Operations Association, International University College...
Annals of the university of craiova iconПравительство Российской Федерации Государственное образовательное бюджетное учреждение высшего профессионального образования
С использованием материалов коллег из Bologna University, International Peace Operations Association, International University College...
Annals of the university of craiova iconResearch Agency: Texas Tech University, Lamar University, University of Houston, and U. S. Geological Survey

Annals of the university of craiova iconWelcome to the first newsletter of the European Delirium Association, the eda the Annals of Delirium. These are exciting times with the eda soon to “go

Annals of the university of craiova iconBio: Acting Professor of Law, University of California, at Davis (King Hall) (). J. D., Ph. D. (Law and Society), New York University; B. A., Yale University. Thanks to Paul Chevigny, David Garland, Charles Reichmann, David Sklansky and Jerome Skolnick

Annals of the university of craiova iconPrepared by Susan S. Grover, Eric Chason & J. R. Zepkin of William & Mary Law School, Emmeline P. Reeves of University of Richmond Law School, Robert W. Wooldridge, Jr of George Mason University Law School & C. Scott Pryor of Regent University Law School

Разместите кнопку на своём сайте:
Библиотека


База данных защищена авторским правом ©lib.znate.ru 2014
обратиться к администрации
Библиотека
Главная страница