Traduction d’Émile Jonveaux




НазваниеTraduction d’Émile Jonveaux
страница21/21
Дата23.09.2012
Размер0.97 Mb.
ТипДокументы
1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   21
Voyage d’un faux Derviche, p. 86, note. — J. B.

17 Graine dont il sera question au chapitre suivant. — J. B.

18 Le Maëlstrom est un tourbillon situé sur les rives occidentales de la Norvège. Au chapitre suivant, avant de parler du sam et de la vie des bédouins, nous donnerons des explications sur les entonnoirs cavés au milieu des sables. —J. B.

19 Cela rappelle le poort du sud de l’Afrique. « Un frais rideau d’arbres semblables à des saules borde le lit sablonneux de la Souakop. L’eau pourtant n’y est pas visible, et c’est à peine si le toucher constate quelque humidité dans la terre ; mais, lorsqu’on y fait un trou, on rencontre sous la surface ce précieux fluide garanti par la Providence de toute évaporation. La rivière coule ainsi durant des kilomètres dont j’ignore le nombre, recevant de droite et de gauche des affluents parfaitement identiques. » — V. notre édition du Voyage dans le Sud-Ouest de l’Afrique, par Th. Baines, p. 14. — J. B.

20 J’ai signalé avec soin cet endroit, ainsi que tout ce qui s’y rapporte, parce que Zoulfa, suivant les rapports recueillis par M. Wetzstein et reproduits par M. Vivien de Saint-Martin dans l’Année Géographique, 1866, p. 123 et suiv., est près du bord occidental d’une ouadi qui commence dans le Hedjaz, à une petite journée de la Mer Rouge, va d’abord au sud-est, jusqu’à Hénakya, où elle tourne à l’est, sert de limite méridionale, puis orientale au Cacim, et se termine à l’Euphrate, près de Souk-es-Sioukh. « En été, elle n’a pas d’eau, a dit le cheik Hamed ; mais en hiver l’eau y est fréquemment assez haute pour qu’on ne puisse pas la traverser. » — J. B.

21 C’est le peu d’altitude de ce massif central qui est une des principales explications du manque d’eaux courantes qu’on remarque en Arabie ; car les montagnes étant les réservoirs d’un pays, plus ce pays est voisin de l’équateur, plus les montagnes doivent y être élevées pour fournir des eaux permanentes. —J. B.

22 Roman intéressant de Ch. Dickens, traduit par M. Grolier, et publié sous le titre des Aventures de M. Pickwick par la librairie L. Hachette et Cie, dans la collection des meilleurs romans étrangers. — J. B.

23 Il sera profitable de comparer ce tableau des mœurs des bédouins à celui que Vambéry a tracé des coutumes des Turcomans. V. notre édition des Voyages d’un faux Derviche, ch. iii, et particulièrement p. 39 et suiv. — J. B.

24 Speke prétend que les Houmas sont aussi d’origine abyssinienne, comme les Gallas et les Cafres. (V notre édition des Sources du Nil, ch. xii.) Si cette opinion était fondée, la famille abyssinienne aurai une importance bien plus considérable que l’Europe ne l’a su jusqu’à présent. — J. B.

25 Cette industrie est deux fois maudite à cause de l’impureté du sanglier et de la damnation du tabac. — J. B.

26 Le jugement de sir S. Baker sur les chameaux est en parfaite conformité avec celui de Palgrave. Voyez le 3e chap. de notre édition de l’Albert Nyanza. — J. B.

27 C’était la même coutume en Europe, au moyen âge, dans toutes les villes où existaient des corporations d’artisans et d’industriels. — J. B.

28 Grande théière souvent importée de Russie en Perse. Ce sont plutôt des urnes bouilloires ; celles qui sont sur les places publiques à Bokhara ressemblent à d’énormes tonneaux de bière. V. notre édition de Vambéry, Voyage d’un Faux Derviche, p. 166. — J. B.

29 Environ quatre cent cinquante francs.

30 Ces idées sur les carmathes ne sont pas celles qui sont vulgairement acceptées, mais ce sont celles de M. Palgrave, t. ii, p. 201, de l’édition française complète. — J. B.

31 Compagnons personnels du Prophète. Voyez au chap. v la bataille de Raouda. — J. B.

32 M. Vambéry, dans un article qu’a donné la Revue Britannique (mai 1866) sous le titre de la Vie de tous les jours à Bokhara, dit aussi de cette ville pharisaïque : « Bokhara est le plus grand centre de corruption qui existe en Orient. » V. notre édition des Voyages d’un Faux Derviche, ch. viii, p. 176. — J. B.

33 Voir notre chap. vii.

34 Au tome I du très-curieux ouvrage de M. A. d’Abbadie, intitulé Douze Ans dans la Haute-Ethiopie, on trouvera d’intéressants détails sur les rapports des Éthiopiens avec les Arabes et les Juifs, dès l’époque de Salomon (p. 116), ainsi que la tradition relative à l’expulsion des Éthiopiens de l’Arabie par les musulmans (p. 125). — J. B.

35 Ce doivent être les nakichbendis, dont parle Vambéry, dans les Voyages d’un Faux Derviche ; voir notre édition, ch. viiii. — J. B.

36 Mechid-Hosseyn ou Herbela est située sur l’Euphrate, au S. O. de Bagdad. Beaucoup de pèlerins y vont faire leurs dévotions auprès du tombeau du fils d’Ali, Hosseyn, qui y a été inhumé. — J. B.

37 Ville qui contient le tombeau d’Ali et est située à une quinzaine de kilomètres au sud de Mechid-Hosseyn. — J. B.

38 C’est celui dont parle Speke. V. Sources du Nil, ch. i de notre édition. Voyez aussi notre introduction. — J. B.

39 Feysoul est mort vers 1867. Voyez notre introduction. — J. B.

40 Chap. ii, p. 61.

41 Voir notre édition des Explorations dans l’Afrique australe, par Livingstone, p. 318. — J. B.

42 Abou-Cher, ou Bender-Bouker, port de la côte persane, lequel a été cédé aux Anglais en 1857. — J. B.

43 L’anecdote reproduite dans le quatrième chapitre, p. 209, a été racontée à M. Palgrave par des habitants de Dobey. — J. B.

44 Le lecteur, en prenant ici congé du sultan de Mascate, doit être averti que ce prince est mort, trois ans après, assassiné par, son fils aîné Sélim. Voir notre introduction. — J. B.

45 On peut voir, à la page 105 de notre édition des Voyages autour du monde de Mme Ida Pfeiffer, l’impression que Mascate avait faite à cette célèbre touriste. — J. B.
1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   21

Похожие:

Traduction d’Émile Jonveaux icon“I came to live out loud.” (Emile Zola)

Traduction d’Émile Jonveaux iconAbdel-Malek, Emile Tadros. 1952. Morphology, bionomics and host-parasite relations of Planorbidae (Mollusca: pulmonata). Ph. D. Dissertation, U. Mich., Ann

Traduction d’Émile Jonveaux iconVeille media
«techniques»… Le Collectif van vous propose la traduction d’un article paru le vendredi 3 septembre 2010 dans le journal arméno-américain,...
Traduction d’Émile Jonveaux iconVeille media
«mes ancêtres n’ont pas commis de génocide». Le Pm turc avait tenu ces propos à l’Université Johns Hopkins lors de ses réponses aux...
Traduction d’Émile Jonveaux iconVeille media
«non pas pour la fraternité, mais pour ne pas se battre l'un contre l'autre, ne pas mourir et peut-être un jour vivre ensemble.»...
Traduction d’Émile Jonveaux iconVeille media
«comment la Turquie qui effectue un blocus sur l’Arménie depuis 17 ans peut-elle appeler Israël à cesser son blocus sur Gaza ?» Le...
Traduction d’Émile Jonveaux iconLes communes françaises du Moyen Age ”
«Les communes françaises du Moyen Age.» Texte extrait de la revue l’Année sociologique, n˚ 6, 1903, pp. 338 à 341. Texte reproduit...
Разместите кнопку на своём сайте:
Библиотека


База данных защищена авторским правом ©lib.znate.ru 2014
обратиться к администрации
Библиотека
Главная страница