14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h




Скачать 14.06 Mb.
Название14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h
страница10/23
Дата08.09.2012
Размер14.06 Mb.
ТипДокументы
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   23

171. Renard (Jean-Claude, 1922-2002), poète, essayiste, collaborateur des éditions du Seuil et Castermann, Grand Prix de Poésie de l’Académie Française. Important dossier comprenant : 1 L.S., in-4, 1 p. 9 L.A.S., tous formats, dont une (in-4, 2 pp.) dans laquelle il est question du projet de lancement de la revue Laudes. 6 poèmes signés, dont 3 manuscrits. Cartes et enveloppes. 150 / 300

172. Richepin (Jean, 1849-1926). 2 pièces. 1- L.A.S., in-8, 1 p. et enveloppe collée, de Paris, 8 juin 1888, à M. J.H. Rosny : « Vous m’avez fait grande joie en m’écrivant, mon cher confrère ; car votre opinion m’est précieuse. Je ne puis en retour vous donner encore la mienne sur « Marc Fane » [...] je me suis réservé la lecture de votre livre pour là-bas, à la mer... ». 2- Poème autographe signé, tiré de « La Mer » paru en 1886, in-4, 1 p., bas blanc déchiré : « La lune au ras des flots étincelants // Casse en morceaux ses jolis écus blancs... [...] Ohé, la lune ! Jean Richepin ». 350 / 600

173. Rictus (Gabriel Randon de Saint-Amand, dit Jehan, 1867-1933). L.A.S., in-4, 2 pp., de Paris le 3 novembre 1930 à Jean Tenant : il se plaint de la façon dont l’éditeur Rey a géré les éditions des « Soliloques » dont « les 7 ou 8 ou 10 » éditions successives n’ont jamais rapporté beaucoup car au lieu de prendre des empreintes, l’œuvre était chaque fois recomposée ; il a défendu à Rey de rééditer les Soliloques et le Cœur populaire afin d’essayer de recouvrer sa liberté car il n’a jamais pu comprendre les comptes qui lui étaient présentés.Intéressant courrier entre le poète et son éditeur ! 150 / 300

174. Roch (Madeleine), Sociétaire de la Comédie Française et interprète de poèmes de Pierre Aguétant (Fêtes de la Victoire à la Comédie Française, le 14 juillet 1919 et Commémoration des Victoires de la Marne, 22 septembre 1918, Palais du Trocadero). 15 L.A.S. concernant la période 1918-1919, et 1 télégramme.Née aux Mureaux (Yvelines), 1883-1930, entrée à la Comédie Française à 20 ans et Sociétaire en 1912, elle fut une des grandes interprètes de Victor Hugo et tourna dans quelques films muets. Son buste, par Jean Boucher, est conservé à la Comédie Française. Elle a interprété Phèdre, lArlésienne, La Fille du Soleil, Héliogabale, etc. Ses lettres sont très enthousiastes, voire enflammées pour Pierre Aguétant. 300 / 500

175. Rochefort (Henri de Rochefort-Luçay, marquis, dit Henri. 1831-1913), journaliste et homme politique. L.A.S., in-8, 1 p., s.l.n.d., à un éditeur : « Vous me demandez un nouveau volume. Comme notre traité porte que je n’ai à vous fournir que des reproductions, vous n’avez absolument qu’à mettre de côté plusieurs numéros de la Lanterne que vous réunirez en volume sous ma direction et que vous publierez quand vous voudrez après que j’en aurai corrigé les épreuves ». Il a écrit, en bas à gauche : « 282 F : Hetzel ». S’agit-il d’un contrat qu’il avait avec Hetzel et qui n’a rien donné ? Compte tenu des dates de parution de la Lanterne, cela se situe entre 1868 et 1876. 100 / 200

176. Rodin (Auguste, 1840-1917), sculpteur. Cartre-lettre autographe, in-16, 1 p., sur papier à en-tête Hôtel de l’Europe à Lille, du 22 août 1912, à « Chère Madame Forges (Hélène), Où êtes-vous, au loin ? Chère madame et amie j’ai pensé que si je désirais vous voir vous seriez en Egypte. Avec mes hommages affectueux. A. Rodin ». Rodin eut des relations tumultueuses avec les femmes ! 300 / 600

177. Rohan (Marie Marguerite Herminie de La Brousse de Verteillac. 1853-1926), mariée à Alain de Rohan-Chabot (1844-1914) ; poétesse, elle recevait les gens de lettres dans son Salon ; pendant la Grande Guerre, elle perdit son fils aîné ; elle avait transformé son hôtel particulier en hôpital militaire et soigna les blessés avec un total dévouement. Correspondance avec Pierre Aguétant : 13 pièces A.S., soit 10 C.P. et 3 L.A.S. (in-12, in-8 et in-4 ; 2 + 2+ 1 pp.), entre les 21 avril 1913 et 5 août 1924. Joint le faire-part de décès du duc de Rohan. 100 / 180

178. Roland (Joséphine Lucile Armande Delille, Dame. Angers, 1769-18..), femme de lettres. L.A.S. ; in-4, 2 pp., cachet de la collection Crawford. Intéressante lettre au sujet de son article biographique qui devait paraitre dans le recueil de cet éditeur « ... votre biographie n’admet pas d’article fait par une femme auteur qui elle-même y paraitra pour son propre compte avec distinction ... je serai charmée d’avoir pour mon Plutarque l’aimable et spirituel Mr Desportes... [cf la Biographie Nouvelle des Contemporains (1825)] [...] par exemple pour les dates de mes ouvrages, pauvres enfants égarés errans hors du toit maternel. Il m’aurait été impossible de rappeler l’époque de leur entrée dans le monde où ils furent accueillis avec une indulgence excessive dont certes ils avaient bien besoin... ». À la fin, elle s’excuse de n’avoir pu répondre de suite à l’obligante démarche que « M. de Valenthienne » (sic) a faite à ce sujet. 100 / 180

179. Rolland (Romain, 1866-1944), écrivain, Prix Nobel de Littérature en 1915. L.A.S., in-8, 4 pp. de Villeneuve (Vaud en Suisse), Villa Olga, dimanche 9 septembre 1923, à son éditeur Albin Michel : « Je vous retourne [...] la fin des premières épreuves des Précurseurs (placards 21-30). Je relis la copie de mon roman LEté et vous l’aurez à la date convenue, soit dans les premiers jours d’octobre. Je crains que la division en deux volumes ne soit pas possible [...]. Pour le cliché d’annonce que vous ferez passer, voulez-vous mettre quelque chose comme ceci : Le 15 janvier prochain, paraitra en librairie le second volume de LAme enchantée : LEté par R.R. L’auteur y entre dans le vif de l’action, dont Annette et Sylvie formait le prélude. [...] Mon œuvre n’est pas une œuvre à thèse : pas plus que Jean-Christophe. C’est une œuvre vivante, une œuvre de passion. L’Héroïne, Annette, est une femme fière et passionnée, en qui luttent l’esprit nouveau d’indépendance et l’esprit moral traditionnel, une femme seule, sans fortune, non mariée, avec un enfant, aux prises avec les préjugés de la société qu’elle a blessés, avec les difficultés matérielles de la vie et avec ses propres passions. La question de la mère et de l’enfant, amour et antagonisme, tient dans le livre une place importante ». Ensuite, Romain Rolland fait part à son éditeur de ses relations avec Rabindranath Tagore qui voudrait publier une traduction de ses œuvres ; il a reçu un écrivain hindou, Kalides Nag, qui se chargerait de la traduction ; R. Rolland est alors en pleine période hindouiste. 250 / 450

180. Romains (Louis Henri Jean Farigoule, dit Jules. 1885-1972). 3 pièces. 1- L.A.S., in-12, 1 p. de Paris, 3 avril, à Roger Frène (à Aurignac en Haute Garonne) : « Mon cher poète, je m’aperçois en lisant mon articles des Petites Feuilles, que je ne vous ai pas nommé [...] cet article est très ancien, Carco pourra vous le dire [...] je devais alors ignorer les Sèves originaires [...]. Je n’ai qu’un autre remords, c’est d’avoir oublié André Nepveu [...]. Avec mes plus sincères regrets, votre dévoué, Jules Romains ». 2- L.A.S., in-4, 2 pp., du 3 novembre 1951, au peintre Dignimont : celui-ci lui a montré ses compositions pour illustrer probablement Les Hommes de bonne volonté, édition qui paraitra en 1954 ; Jules Romains, très attentif au travail de l’artiste, lui fait quelques suggestions concernant certaines compositions afin qu’elles collent à l’esprit du texte. Intéressant. 3- Carte A.S., in-12, recto-verso, du 9 septembre 1951, à Dignimont. 150 / 250

181. Rosny (Joseph-Henry Boex, dit Rosny Ainé. 1856-1940). 2 pièces. 1- L.A.S., raturée, petit in-4, 2 pp. : « Chère Mademoiselle, Oui ce de Foe a du génie et encore je ne sais pas jusqu’à quel point il est Britannique (souche allemande 1/1 ½ ¼ ??). [...] Non, je n’ai pas lu TOUT L’Astrée, mais de bons morceaux. Merci pour Restif : entre nous c’est un type qui me plait... ». 2- L.A.S., in-12, 1 p. et adresse, de Paris, 47 rue de Rennes, à Jacques Boulanger, 17 octobre 1922 : il le félicite pour le 3e volume (de la Table Ronde) « et je ne sais si j’aurai le temps, avant l’attribution du Prix Goncourt, de lire la suite [...] vous êtes un des rares parmi nos h. de lettres, dont l’intelligence est à la fois vivante, étendue et instruite [...]. » À la fin, Rosny s’exclame : « Qu’est-ce-que vous allez recevoir des néo-latins ! ». 150 / 250

182. Rostand (Edmond, 1868-1918), écrivain. Carte postale avec son portrait rond, en Académicien, 3 lignes manuscrites de Chantecler. Acte III. Paris, le 4 juin 1918, six mois avant son décès (le 2 décembre) et envoi autographe signé « à Jean Guilbert, un de ceux auxquels nous devons tout. De tout cœur ».Beau document (deux petites traces de papier collant en coins). Chantecler fut le dernier grand succès de Rostand. 100 / 150


183. Roumanille (Joseph, 1818-1891), écrivain, poète et éditeur. L.A.S., in-8, 4 pp., d’Avignon, le 1er novembre 1887, à un Monsieur (le directeur du Vivarais, nouvelle revue) : il lui rappelle gentiment et avec humour que l’auteur de « Pipette » n’est pas Paul Desrieux mais Félix Gras ; s’il veut reproduire dans sa revue un des textes cités, « et n’allez pas, en plein Vivarais, vous amuser à mettre ça en bon français ; le meilleur français ne pourait rendre ce je ne sais quoi qui fait le charme, qui est l’attrait spécial de notre langue néo-latine... ».Tache de gras sans gêne à la lecture, à cheval sur les 2 feuillets. Roumanille était le principal éditeur du Félibrige. 90 / 150

184. Saint-Saëns (Camille, 1835-1921), compositeur. L.A.S., in-8, 2 pp. ½, s.l. (Monte-Carlo), 28 mars 1911, à René Thorel : « ... jamais les directeurs de l’opéra ne se priveront pour me faire plaisir, d’un artiste dont ils auront besoin pour une représentation. La seule chose à faire est d’avoir des doubles tout prêts [...]. Je sais bien qu’à la place de Fauré, je ne prêterais pas mes élèves, c’est ouvrir la porte à tous les abus, et je n’ose pas les lui demander... ».Saint-Saëns venait dassister à la première représentation de Dejanire, sa nouvelle tragédie lyrique. 200 / 300

185. Sainte-Beuve (Charles-Augustin, 1804-1869). L.A.S., in-8, 1 p. ½, de Paris le 5 avril 1852 : « Monsieur et cher Confrère » (le critique du Journal des Débats) ; polémique au sujet de la critique des ouvrages de Sainte-Beuve, assurée par Jules Janin ; le critique en titre aurait voulu que Sainte-Beuve le charge personnellement de ce travail ; Sainte-Beuve se plaint de voir son œuvre et son éditeur subir un déni de publicité : « Voici les PORTRAITS DE FEMMES qui sont bien du même homme peut-être qui a fait VOLUPTÉ. Dois-je me condamner, et condamner aussi mon éditeur à une sorte de déni de publicité, car vous savez bien, Monsieur, que c’est vous, en définitive, aux Débats qui tenez ce domaine principal de la critique ? ». 250 / 450

186. [Saints, Bienheureux, etc.] Recueil réalisé par Jean Vuaillat ; in-8 ; pleine basane rouge foncé, plats encadrés d’une roulette dorée, initiales dorées J.V., chemise demi-basane rouge à bandes à recouvrements, titre doré au dos, étui bordé ; intitulé : Autographes de Saints et Bienheureux et regroupant St Alphonse de Ligori, Jean-Baptiste de La Salle, Jean-Baptiste Vianney, Jean-Pierre Néel, Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, Pie X, Benoit Berthet, Charles de Foucauld (in-12, 3 pp. de Tamanrasset, le 10.02.1914), La Mennais, Frédéric Ozanam, Sœur Rosalie et le Père Voillaume.Bon état général. 600 / 1000

187. Samson (Joseph, 1888-1957), Maitre de Chapelle, compositeur, écrivain. 5 pièces. 3 L.A.S., in-4, 1 p. chacune, des 27 et 29 mai et 26 juin 1946 à Jean Vuaillat : correspondance entre le Maitre de Chapelle de Dijon et celui de Fourvière à Lyon. 1 L.A.S., in-8, 1 p. (1950) sur ses livres publiés et ses enregistrements. Manuscrit de composition, in-4 oblong, 3 pp., sur le père de Louis Le Cardonnel : Prière, extrait du recueil De lune à lautre Aurore (pp. 163-164), composition musicale mélodie et piano demeurée sans doute inédite (note manuscrite de Jean Vuaillat), renforts au pli central et en bords de marges.Joseph Samson fut le célèbre Maitre de Chapelle de Dijon pendant 30 ans, de 1926 à sa mort. 150 / 250

188. Sand (Aurore Dupin, dite George. 1804-1876). L.A.S., in-12, 2 pp., s.l.n.d. (à Charles Edmond, directeur de la « Presse » ?): « Cher ami, je vous remercie de tout ce que vous me dites de bon à propos de notre avertissement et du récit que vous me faites des portraits de Fazy. J’ai connu les Vincy, il y en a un comique dont j’ai parlé dans mes Mémoires. Veuillez remettre à Fazy, ou lui envoyer [...] le billet ci-joint, car ces portraits, celui de ma gd mère surtout, me feront un très grand plaisir et notre bon président de Genève mérite bien que je le remercie de cette aimable attention [...] G. Sand ». 250 / 400

189. Schwob (Marcel, 1867-1905), écrivain (poète, conteur, traducteur, etc.). L.A.S., in-12, 1 p., Paris, 21 avril 1891, à Léopold Lacour, homme de lettres : « Dès samedi soir, j’essayais de voir Verlaine au Soleil d’Or. Je n’ai pas pu. Je lui ai laissé alors un mot. J’ai attendu sa réponse qui n’est pas venue. Enfin hier, j’ai pu le joindre. Voici : il n’a pas vu UNE épreuve, entendez-vous bien ? C’est Champsaur et Morice qui ont dû les rendre et chez Charpentier, vous savez en un clin d’œil, tout ce que vous voulez savoir. [...] N’oubliez pas Hassan le Janissaire, que j’ai mis pour vous à l’Événement, vous me feriez sérieusement plaisir... ».Roman historique, Hassan le Janissaire fut publié en 1891 chez A. Colin par Léon Cahun, loncle maternel de Schwob. Intéressant document sur Verlaine. 250 / 450

190. Ségalas (Anaïs. 1814-1893, née Ménard), poétesse, dramaturge et romancière. Recueil de 32 pièces manuscrites ou imprimées, reliées en un volume in-4 ; demi-chagrin rouge foncé à coins, titre doré au dos, plats de percaline rouge avec grand titre doré « Autographes Anaïs Ségalas », collection de M. et Mme Fleury-Chambellant, amis de la poétesse. 1- Dédicace A.S. à Madame Fleury-Chambellant. 2- Poésie imprimée sur soie : « Faute de se comprendre », médaille d’or et premier prix de Poésie de la Société de l’Encouragement au Bien le 27 mai 1883 ; Paris, Imp. Hugonis, in-4, 4 pp. 3- « Leçons sur la Bible », poème A.S. de 42 vers, soit 2 ff. in-4 (petite déchirure sans perte, papier collant). 4- « La petite fille », in-8, 1 p. ½, 22 vers man. 5- « À Monsieur Jules Grévy », 5 vers man., in-8, 1 p. 6- « À celui qui vient de partir », 47 vers man. signés, in-4, 2 pp. ½. 7 à 16- L.A.S. de Dieppe le 7.09.1872 (2 pp. ½), 29.11.72 (2 pp.), 23.07.77 (4 pp.), 21.09.78 (4 pp.), 27.08.79 (2 pp., 2.10.79 (4 pp., 2.08.81 (3 pp. ½), 24.09.82 (3 pp.), 18.09.83 (4 pp.), non datée (4 pp.). 17- « À ceux qui sont partis et à ceux qui restent », poème A.S., in-4, 2 pp., 30 vers. 18- « Le Colosse de Rhodes », in-4, 4 pp., 100 vers. 19 à la fin- poèmes imprimés : Une famille lorraine ; Les cartes de visite ; La croix d’Honneur (par Bertile Ségalas) ; L’Étudiant ; Jeanne d’Arc ; Le Cèdre de l’archevêché de Tours ; La Muse d’Alfred de Musset ; Les noces d’or et les noces d’argent ; Le vin de Champagne mousseux ; Les invisibles ; Les muselières ; Le livre d’adresses ; Les aumoniers ; Discours prononcé sur la tombe de Mme Anaïs Ségalas par M. Benjamin.Rares petits défauts, reliure frottée aux charnières et coiffes. 1000 / 1800

191. Senghor (Leopold Sedar, 1906-2001), poète, écrivain, premier Président du Sénégal, membre de l’Académie Française (3 juin 1983). Important dossier comprenant : 1 photographie en tirage d’époque. 17 L.S., correspondance avec Jean Vuaillat concernant essentiellement la poésie, de fin 1966 à 1990. 1 L.S. avec important texte de 10 lignes autographes. 2 longues dédicaces autographes de Senghor à Jean Vuaillat. 1 poème manuscrit, in-4, 2 pp. : « Laetare Jerusalem... ». 2 cartons d’invitation ou de vœux. 1000 / 1500

192. Staël (Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, dite Mme de. 1766-1817). L.A.S., in-12, 1 p., pli , « A son Excellence Monsieur Lainé Ministre de l’intérieur », s.l.n.d. (ce mercredi, mai ou juin 1816) ; « M. Canning dîne chez moi samedi et je voudrais qu’il s’y vit dans une société plus resserrée Monsieur afin de mieux apprendre à connaitre celui dont nous nous honorons, voulez vous accepter samedi ? Un petit mot qui soit oui. Mille hommages. Mme de Staël ».Joseph Lainé, que lon a dit très lié à Mme de Staël, avait été nommé Ministre de lIntérieur le 7 mai 1816 ; Georges Canning, Ministre et diplomate anglais (1770-1827), fut nommé plénipotentiaire auprès de la République Helvétique en 1816. 250 / 450

193. Sue (Marie Joseph, dit Eugène. 1804-1857). L.A.S., s.l., s.d., in-12, 1 p. : « Dites moi mon cher Mons. Hetzel quel est le terme le plus éloigné que vous puissiez me donner. Je suis accablé de travail et je crains de n’être pas prêt samedi ; pouvez-vous me donner jusqu’à samedi en 8 et alors pour sur et sans remise. Je vous envoie mon offrande. A vous. », griffe d’Eugène Sue.Il sagit très probablement du texte dEugène Sue pour le Diable à Paris, ouvrage collectif édité par Hetzel en 1845-1846. 150 / 250

194. Swetchine (Sofia Svetchina, née Soïmonov dite Mme. Moscou, 1782-Paris, 1857), femme de lettres russe, influente dans les milieux catholiques libéraux. L.A.S., in-8, 1 p., lundi 18, s.d. : elle remercie une dame qui lui a fait parvenir son ouvrage « ... les traits saillants du caractère, celui de votre talent, chère Madame, porte un cachet que je suis toujours aise de retrouver, les mots y sont bien au service de la pensée claire et rapide ; parler pour dire n’est plus aussi commun qu’on pense... ». 150 / 250

195. Tailhade (Laurent, 1854-1919), poète satirique et libertaire. 2 pièces. 1- Lettre-poème autographe à sa mère à Lannemezan (Htes Pyrénées), in-12, 1 p. ½ et enveloppe, du 10 octobre 1884 : « Ave Stella ! Musique d’Emile Ratez, sera chanté pour la première fois en l’église Saint-Louis d’Antin, le 1er mai prochain. 1- Salut, étoile de la mer ! // Perle unique du gouffre amer, //Blanche, sur le flot d’outremer ! », etc. Signé Laurent. Ce poème paraitra dans la revue « Lutèce » le 18 mai 1884, puis dans Vitraux. 2- L.A.S., in-8, 3 pp., de Paris 83 rue de l’Assomption (16e), lundi 27 juillet 1909 : « Mon cher Maître, c’est aujourd’hui seulement [...] que je trouve dans mon courrier votre divin rondeau mandé par un ami. Je suis fier et touché de cette louange. et quel vers ! Comme vous jonglez avec les pierreries ; comme vous les éparpillez en plein soleil, en pleine joie, à la façon de Buckingam jetant ses diamants [...]. Cela repose après tant de vers libres, de vers sans rimes, de vers sans mesure, de vers sans vers, et de poésie à l’état colloïdal [...]. J’ai à vous envoyer une plaisanterie entrelardée de prose et de vers qui, possible, aura la chance de vous divertir... ». 250 / 400

196. Touchagues (Louis. St Cyr au Mont d’Or, 1893-1974), peintre, illustrateur. L.A.S., in-4, 1 p., octobre 1934, à un «Cher Maitre et Ami» : il se plaint de l’éditeur et de l’imprimeur qui, pour économiser sur les frais d’impression, ont fait « sauter » plusieurs noms que l’artiste avait cités et son ami se trouve ainsi absent des références qu’il avait indiquées. 100 / 150

197. Urfé (Honoré d’, 1567-1625), poète, écrivain, un des chefs de la Ligue, auteur de LAstrée. L.S., in-4, 1 p., avec souscription autographe « A Monsieur Mesnage ambassadeur pour le Roy vers l’Empereur », 23 décembre (s.d.) : Urfé a envoyé deux courriers, dont un du Roi, et n’a pas eu de réponse. Il lui demande donc de faire passer ses courriers par d’autres chemins. Si le dit Chambellan est encore près de lui, il doit le faire revenir au plus vite. (Certificat)Petit renfort en marge extérieure du dos. Très rare. 700 / 1200

198. Vacaresco (Hélène. Bucarest, 1864-1947), poétesse et écrivain ; intime d’Elisabeth Wied (nom de plume Carmen Sylva), épouse de Charles Ier de Roumanie. Exilée à Paris par l’interdiction d’épouser Ferdinand de Hohenzolern-Sigmaringen, elle publie plusieurs ouvrages dont deux couronnés par l’Académie Française. Pendant la guerre de 1914-1918, et ensuite, elle sera chargée de représenter la Roumanie à la Société des Nations. Important dossier : 1- Tapuscrit signé, corrigé à la main : Préface du Poème du Cœur (1914) ; in-4, 6 ff. 2- Manuscrit de la Préface du Poème du Beaujolais ; in-4, 7 ff. 3- « Pierre Aguétant jugé par l’amie de Carmen Sylva » : tapuscrit signé, corrections autographes ; in-folio, 5 ff. 4- Tapuscrit signé « À ajouter à la Préface. Paris 25 février 1923 » ; in-4, 2 pp. ; passages autographes signés. 5- Correspondance (15 pièces) avec Pierre Aguétant : L.A.S. et C.P. de 1913 à fin 1925. 500 / 900

199. Verhaeren (Emile, 1855-1916), poète, écrivain belge. 2 pièces. 1- L.A.S., in-12, 1 p. ½ et enveloppe timbrée, de St Cloud 18 février 1913, à de Rougemont : « Non seulement je ne vous en veux pas mais je vous remercie vivement d’avoir incliné votre attention sur mon caractère [...]. Je ne crois pas pourtant que je sois paresseux ni faible de volonté. Mais qui peut se regarder bien soi-même ! Votre Verhaeren ». Edouard de Rougemont fut en son temps un célèbre graphologue. 2- Poème A.S. : « Heures du soir », petit in-4, 5 ff. recto, variantes et ratures. 600 / 900

200. Verlaine (Paul Marie, 1844-1896). L.A.S., in-8 oblong, 1 p. du 29 mai 1894, à Léon Deschamps (1864-1899), romancier, poète, éditeur, fondateur de La Plume, célèbre revue littéraire, le 15 avril 1889 dont il fera le fer de lance du mouvement symboliste ; « Mon cher Deschamps, Encore beaucoup de vers : 80 ! Cà doit finir ou commencer par bien faire. C’est pourquoi je voudrais ou vous voir ou que vous m’écriviez en long. [...] En attendant, donnez à Mlle Krantz, c’est à dire à moi-même, le plus que vous pouvez car j’ai besoin d’argent [...]. Je vois envoie un projet de lettre au Ministre de l’Instruction Publique à l’effet d’une pension. Vous me paraissez l’homme tout désigné pour les signatures... A vous de cœur et merci. P. Verlaine ». 1000 / 1800

201. Vicaire (Gabriel, 1848-1900), poète, écrivain. 8 L.A.S. et 1 poème manuscrit signé (s.d., circa 1883-1884). 1- In-8, 2 pp. ¼, (à Jules Baux) : Guillon lui a envoyé le dernier numéro de la Revue de la Société Littéraire Historique et Archéologique de l’Ain, « et je suis surpris d’y voir un article à notre adresse, article aussi ridicule que grossièrement inconvenant et signé Philibert Le Duc. Certes, les sottes injures de ce Monsieur me laissent assez froid [...] Mais ce qui me peine [...] c’est de trouver un tel article dans une revue dont vous êtes le directeur... ». 2- In-8, 1 p. ½, à un ami (Charles Guillon) : « Ce Ph. Le Duc est un mauvais chien. Si on ne le corrige à temps, il finira par nous mordre pour tout de bon [...]. Je t’envoie une lettre que je te prie de transmettre à Jules Baux... ». 3- In-8, 8 pp. (au même) : toujours au sujet de l’article polémique qu’il aurait souhaité faire passer et qui ne l’est pas. 4- In-12, 8 pp., s.l.n.d., au même : Philibert Le Duc, surnommé Phlebar ; Vicaire le pense jaloux et vindicatif, et charge son correspondant de prendre contact avec Charles Jarrin qui « a déjà fait preuve de bonne volonté » ; « [...] Si on accepte l’article quelque part et que Philibert le Cul ait envie de répondre, je prie qu’on accepte sa réponse telle quelle avec toutes ses violences sans l’atténuer. Plus il sera violent, plus j’en serai heureux... ». 5- In-12, 4 pp. (au même) : « ... Comme bien tu penses, le stupide article de Phébar m’a plutôt réjoui qu’affligé. J’ai à voir cet ignoble cuistre crever [...]. Rappelle-toi que les punaises sont faites pour être écrasées... » ; en post-scriptum : « Brûle la lettre que je t’avais envoyée pour Baux, je vois qu’il s’agit de son père et non de lui ». 6- In-12, 2 pp. (au même) : « Ph. Le Duc est un simple saligaud. Il y a longtemps que je m’en doutais... ». 7- In-12, 4 pp. (au même) : sur son livre Les chansons populaires de lAin, paru en 1883. 8- In-12, 4 pp. (au même) : « M. Jarrin m’écrit qu’il a reçu l’article [...]. Si M. Authier veut bien publier les vers que j’avais envoyés à M. Jarrin, trop tard, je l’en remercie sincèrement. Il serait bon d’annoncer qu’ils font partie d’un volume intitulé « Emaux Bressans », qui paraitra à la fin du printemps chez Charpentier [1884] ». 9- Poème manuscrit signé, in-8, 1 p., « Pour M. Johannès Son 1892 » (le 2 transformé en 6), composé de 4 quatrains, intitulé « Le Pré en fleurs ». Savoureuse correspondance et joli poème. On joint tout un dossier sur Gabriel Vicaire avec des L.A.S. de Jean Vicaire. 700 / 1200

202. Vicaire (Jean. Fils de Georges et petit cousin du poète Gabriel) : Bibliographie de Gabriel Vicaire. Épreuve d’imprimerie en feuilles, corrections manuscrites. 250 / 450

203. Vigny (comte Alfred de, 1797-1863). L.A.S., in-8, 1 p., 20 novembre 1855 : il invite un ami à lui rendre visite. 300 / 600

204. Vlaminck (Maurice de, 1876-1958), peintre et écrivain. L.A.S., in-8, 2 pp., de la Tourillière à Rueil la Gadelière en Eure et Loir, s.d. (septembre 1925), à « Monsieur le Directeur » (Comœdia ?) : « Je lis dans le numéro du 22 septembre une note qui m’apprend que Monsieur Félix Galipaux avait écrit autrefois une pièce intitulée comme celle que je viens de faire en collaboration avec [?] « Do ré mi fa sol ». J’ai décidé, avec mon collaborateur, d’offrir grâcieusement à Monsieur Galipaux le « sol » et d’intituler « Notes », œuvre qui sera créée comme vous le savez au Guignol au cours de la saison et certainement avec le plus grand succès, Do, ré, mi, fa. Je profite de la présente pour vous prier de bien vouloir transmettre à Monsieur Galipaux mes félicitations pour l’efficacité de la pommade bien connue qui porte son nom... ».Joint L.A.S. (in-8, 1 p.) de Félix Galipaux au directeur du Comœdia, du 20 «Cepe tendre» 1925 demandant que Vlaminck change le nom de sa pièce. Amusante correspondance. 180 / 250

205. Vuaillat (Jean). 5 recueils manuscrits de poèmes de J.V. reliés en fascicules : Croquis, 1959, couverture dessinée ; Nuits de feu (écrit le 8 juin 1970 à Sainte-Catherine sous Riverie) ; Douze poèmes en marge, 1983 ; Douze poèmes inédits, 1985-1988, Lyon 1988 ; Les petits riens, 1999-2004.Témoignage précieux du talent poétique de J. Vuaillat. 450 / 750

206. Weygand (Maxime, 1867-1965), Officier général. L.A.S., in-8, 1 p. ½, du 5 mars 1931, à un ami qui lui avait envoyé un mot le félicitant pour sa nomination de Chef d’État Major Général de l’Armée (fin 1930) et auquel il n’a pas eu le temps de répondre , il s’en excuse chaleureusement et signe « Bien affectueusement à toi ».Ce courrier date dà peine trois mois avant son élection à lAcadémie Française. 80 / 150

1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   23

Похожие:

14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconVente aux enchères publiques
«auteur(s)» : le titre et le contenu des chapitres sont manuscrits d’une écriture
14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconЧерных Елизавета Гр. 206
Критика морали
14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h icon2-fbm-206 Aplikácie matematickej štatistiky V medicíne

14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconЗакон и периодическая система элементов Д. И. Менделеева: Пособие для учащихся. М.: Просвещение, 1973. 206 с.: ил
Агафошин Н. П. Периодический закон и периодическая система элементов Д. И. Менделеева: Пособие для учащихся. – М.: Просвещение, 1973....
14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconKara M. Watson 810 Bear Tavern Road, Suite 206

14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconМассовое правосознание и победа большевизма в России: Монография. М.: Изд-во «Щит-М», 2005. 206 с
Массовое правосознание и победа большевизма в России: Монография. М.: Изд-во «Щит-М», 2005. – 206 с
14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconДоклад Муниципального образовательного учреждения
Свидетельство о государственной аккредитации- регистрационный №206 от 19. 03. 2010г, серия 52 №000023
14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconМатематика
Концепции современного естествознания : учеб пособие / А. А. Горелов. М. Центр, 2002. 206, [1] с ( alma mater)
14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h iconNota : Cette bibliographie n'est pas exhaustive. Elle ignore des productions qui ne répondent pas aux standards universitaires. Elle ne comprend pas non plus les textes de conférences qui n'ont pas donné lieu à publication
Парижачьи, опись (roman inédit, texte établi d’après les manuscrits russes), Moscou, éditions Gileja, 1994. 285 p
14 h Autographes et Manuscrits (n°1 à 206) 17 h icon6 Вопросы терминологии 206
...
Разместите кнопку на своём сайте:
Библиотека


База данных защищена авторским правом ©lib.znate.ru 2014
обратиться к администрации
Библиотека
Главная страница