Informations du Comité Louis Braille




Скачать 270.27 Kb.
НазваниеInformations du Comité Louis Braille
страница8/24
Дата30.10.2012
Размер270.27 Kb.
ТипДокументы
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   24

Projets et actions pour la ville



Garibaldi au vert

À l’issue d’une longue concertation, la métamorphose de la rue Garibaldi va pouvoir commencer. Apaisé, arboré, rendu aux habitants des quartiers riverains, l’aspirateur à voitures devient une avenue agréable où cohabiteront, à niveau, modes doux, transports en commun, piétons et circulation automobile maîtrisée.

À l’instar du tronçon Est de l’avenue Jean-Mermoz (8e), la rue Garibaldi n’aura que trop longtemps coupé en deux les quartiers environnants des 6e, 3e et 7e arrondissements. Mais le flux automobile devrait croître avec le développement des activités du secteur. Toute la difficulté était donc de continuer d’assurer une bonne desserte tout en mettant fin aux nuisances et en rendant l’artère agréable à la déambulation. La réponse est dans le projet du Grand Lyon, maître d’ouvrage, projet qui, hormis le positionnement latéral des espaces piétons, n’est pas sans rappeler les ramblas catalanes. La circulation automobile est ramenée en surface et l’espace redistribué au profit des transports en commun, modes doux et espaces publics : les voies de circulation passent de 5 à 3, avec sites propres double sens pour les bus dans les sections les plus larges ou couloir réservé sud-nord dans les parties plus étroites, piste cyclable de bout en bout, très larges trottoirs de part et d’autre. Comblement des trémies Lafayette et Paul-Bert, intégration du parvis des halles, de l’Auditorium, de la place des Martyrs-de-la Résistance à l’aménagement d’ensemble, reprise des traversées Est-ouest…, non seulement la rue Garibaldi ne sera plus un obstacle entre la Part-Dieu et les quartiers rive gauche mais elle en facilitera les accès.

Des Brotteaux à la Guillotière, la rue Garibaldi réaménagée se voit attribuer un nouveau rôle, celui de relier - en vert - le parc de la Tête d’or au futur parc Sergent-Blandan (dont les travaux sont d’ores et déjà programmés de mi- 2012 à juin 2013 pour les parties nord et sud). Afin d’obtenir une véritable “coulée verte”, une trame végétale va être créée par la plantation d’un double alignement d’arbres de part et d’autre des voies de circulation, les arbres existants étant conservés. Aires de repos et de détente, terrasses confortables…, dès 2013, les Lyonnais découvriront la rue Garibaldi métamorphosée dont la première phase sera achevée, entre les rues Vauban et la rue Docteur-Bouchut.

grandlyon.com


On n’est pas bien, là??...

Après Clint Eastwood (2009) et Milos Forman (2010), c’est à l’un des acteurs préférés des Français qu’est attribué le prix Lumière 2011. Alors qu’il a toujours refusé tous les hommages, Gérard Depardieu accepte celui-ci avec fierté. Le festival Lumière 2011 est à son diapason…

Comme le souligne Gérard Collomb lors de la présentation de Lumière 2011, « on a le sentiment que le festival existe depuis 10 ans… ». C’est toute la vertu d’un événement légitime : « chaque année, la ville natale du cinématographe invite le monde du cinéma à célébrer sa vitalité et sa mémoire ». Avec plus de 150 rôles et 40 ans de carrière, Gérard Depardieu le représente avec force. Aussi a-t-il accepté, parce qu’il se reconnaît dans ce festival, d’en recevoir le prix 2011.

Autour de lui, une programmation richissime d’œuvres projetées dans des conditions optimales ! Rétrospective intégrale Jacques Becker, de “Dernier atout” (1942) à “Le trou” (1960), en passant par “Casque d’or” ; redécouverte de l’œuvre de William Wellman (“Les mendiants de la vie”, “Convoi de femmes”…) ; plongée, avec Yakuza, dans les films de gangsters à la mode japonaise ; “visite” de la carrière du producteur-réalisateur Roger Corman ; “le temps retrouvé”, pour de grands classiques en copies neuves ou restaurées (dont “Quai des brumes” ou plus près de nous “ La horse”, de P. Granier-Deferre…) ; les “déjà classiques” (dont “La fiancée du pirate” de Nelly Kaplan…) ; une grande séance jeune public (“La guerre des boutons”, le 5 octobre), une avant-première Bollywood, un festival (dans le festival) de la bande-annonce…, des débats, des conférences, un village jour (et sa librairie cinématographique) dans les jardins de l’Institut Lumière, un village nuit (la Plateforme)..., et pour s’y retrouver et faire son choix, le site Internet à explorer d’urgence !

Au total plus de 190 séances dans 36 salles de Lyon et des communes du Grand Lyon avec des entrées à 5 €…, le festival Lumière c’est vraiment tapis rouge pour le public !

Soirée d’ouverture : le 3 octobre, halle Tony-Garnier (“Le voyage dans la lune” de Georges Méliès). Informations : 04.78.76.77.78. Programmation et billetterie : festival-lumiere.org


Lyon Citoyen dans toutes les positions…

Le 3 octobre paraîtra la 100e édition du mensuel municipal. 100 rendez-vous successifs d’information, de proximité, d’échanges, de fidélité sur un ton - nous nous y efforçons - aussi détaché que possible de la presse institutionnelle. Là s’arrête notre autosatisfaction ! Pour fêter le 100e, c’est à vous lecteurs que nous proposons de marquer le coup. Certains d’entre vous nous postent régulièrement des photos « ayant un rapport avec Lyon » pour alimenter notre rubrique “Bien vu”. Cette fois, il s’agit de vous photographier (ou vos proches) lisant Lyon Citoyen dans toutes les circonstances possibles et imaginables ou inimaginables (dans les limites de la décence et du respect dû à chacun, bien sûr). Les 10 ou 12 clichés retenus seront publiés dans la rubrique “Dialogues” de notre édition d’octobre. Photographes amateurs uniquement, photos libres de droit à nous transmettre par e-mail sous jpg 1 Mb d’ici au 15 septembre. Le tout pour le “fun” (pour le plaisir). lyoncitoyen@mairie-lyon.fr


Le onze, une terrible beauté est née

Bientôt, “Une terrible beauté est née” : la Biennale de Lyon 2011, au titre aussi paradoxal que prometteur, révise d’ores et déjà ses gammes. En prélude de BAC -?et d’un opus numéro 11 plein de richesses?- un “Musée du XXIe siècle” et son objet original se posent… sur une plage. La 11e Biennale de Lyon est sur sa rampe de lancement. Son titre, extrait du poème “Pâques 1916” de WB Yeats, résonne davantage ici comme un outil méthodologique que comme une véritable thématique. Il mêle paradoxe, contradiction, tension, harmonie et ambivalence pour interroger sur l’état d’urgence actuel du monde en général et des arts en particulier. Organisé autour de plusieurs parcours, rythmé de temps forts, l’ensemble de la manifestation engage ainsi à réfléchir sur la densité du présent, le pouvoir de l’imaginaire, du visionnaire et de l’hallucinatoire. Noble tâche. Du 15 septembre au 31 décembre, 70 artistes du monde entier, venus principalement d’Europe, d’Afrique et d’Amérique latine, auront leurs œuvres exposées sur plus de 13 000 m2 aux quatre points cardinaux de l’événement : la Sucrière, la fondation Bullukian, le musée d’Art contemporain de Lyon et l’usine T.A.S.E. Si la Biennale est avant tout une exposition internationale, elle n’est pas toute la Biennale. Deux plateformes l’accompagnent, Résonance et Veduta. Programmation à l’échelle de la région Rhône-Alpes, Résonance propose plus de 150 événements pour jalonner toute la période de la Biennale. Forum permanent et petite fenêtre ouverte sur la diversité des cultures visuelles, Veduta s’infiltre en 2011 sur les territoires de six communes du Grand Lyon et le Grand parc Miribel-Jonage, avec résidences d’artistes, workshops et collaborations diverses et variées… L’un des premiers rendez-vous est fixé au 9 juillet avec “Le musée du XXIe siècle” d’après et avec Yona Friedman. Le concept s’étend sur une plage aux rythmes des objets que vous, que nous tous allons apporter ! Un objet que l’on aime, qui nous ressemble, que nous avons envie de partager. Mise en jambe plutôt “nature” et totalement inédite pour une plateforme trait d’union façon public-acteur, création-réception… aux portes d’un moment majeur, d’un beau présent des arts, d’un phénomène culturel “épicentré” pour un temps sur la ville. biennaledelyon.com


Salsa à tout va…

Lyon Salsa congress pose le premier jalon, très danse, d’un tout nouveau rendez-vous du calendrier international de la salsa. Au programme, trois soirées avec danseurs des quatre coins d’Europe mêlés aux shows comme au son de plus grandes pointures du petit pas salsa. Entre les soirées, deux journées de formation studieusement rythmées par le professionnalisme et la diversité de tous les artistes présents. Gage de résultat pour les salseros de tous niveaux, avides de perfectionner, d’affiner, d’enrichir leur culture et leur connaissance de la salsa et des danses afro-cubaines, en passant par le hip hop, le west coast swing ou la house dance…, autant d’influences fondamentales qui nourrissent et renouvellent sans cesse la salsa. Mélange de cultures et d’influences, les multiples facettes du Lyon Salsa congress sont à l’image d’une philosophie du mouvement, d’un art de savoir bouger… d’une embellie dansée de la vie. ça fait toujours du bien. 2, 3 et 4 septembre. Hôtel Hilton, Cité internationale. lyonsalsacongress.com


Devoirs de vacances

À chaque période de vacances scolaires, sa session de travaux dans les écoles ! Au cours de l’été, une soixantaine d’établisse?ments sont concernés, tous arrondissements confondus. Du moins visible, comme des travaux de finition de plomberie, au plus évident à l’instar du passage en self-service d’un restaurant.

La cloche a sonné, les petits ont pris la poudre d’escampette direction les vacances, ils ont rangé cartables et stylos... Deux mois de répit pendant lesquels les uns vont pouvoir s’adonner à leurs jeux préférés et au farniente. Deux mois qui tombent à pic pour “les autres”, le service Travaux de la Direction de l’Éducation, deux mois pendant lesquels il peut, sans déranger le travail des élèves, faire œuvrer les entreprises vouées à rafraîchir les bâtiments. Rien n’échappe à leur vigilance. Travaux d’étanchéité, régulation du chauffage, mise en sécurité de l’éclairage, création d’un local pour les ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles), rénovation de bureaux, de la salle des maîtres ou du logement du gardien, de cage d’escalier, de sanitaires, remplacement de sols, de fenêtres ou de portes de sortie, aménagement de sanitaires, motorisation de portail, remplacement de l’ascenseur, mise en place de volets roulants, réfection de toitures, de locaux divers… et bien d’autres encore, les petits défauts vont être gommés, les autres aussi car on touche ici au gros entretien.

Il y a aussi des travaux qui vont laisser davantage de traces visibles tels que la rénovation d’un gymnase, d’une ou plusieurs classes, la réfection ou le réaménagement d’une cour. Le “gros morceau” restant le passage du restaurant scolaire au self-service. Entre les vacances de printemps et les vacances d’été qui viennent de débuter, une dizaine d’établissements auront adopté ce nouveau mode de restauration, qui rappelons-le, permet principalement d’assurer deux services au lieu d’un donc d’accueillir plus d’enfants et de rendre ceux-ci plus autonomes. Les groupes scolaires concernés sont :

Victor-Hugo (1er - printemps 2011), Louis-Pradel (6e - printemps 2011), Berlioz (9e - printemps 2011), Painlevé (3e - été 2011), Diderot (5e - été 2011), Berthelier (7e - été 2011), Briand (7e - été 2011), Kennedy (8e - été 2011), Péguy (8e - été 2011). On y revient en septembre.


Chauffeur, à la maison !

À partir du 29 août, tout le réseau de bus TCL fonctionnera selon le nouveau mode d’organisation Atoubus. D’ici là, tous les foyers lyonnais vont recevoir dans leur boîte aux lettres le kit d’information qui leur permettra d’exploiter de façon optimale un service plus simple, plus efficace, plus attractif.

c’était l’un des projets les plus attendus et sans doute l’un des plus déterminants pour convaincre toujours plus de Lyonnais de se déplacer en transports en commun. Avec 4 lignes de métro, 2 de funiculaires, 4 de tramway, plus de 120 lignes urbaines de bus, une centaine pour les scolaires et plus de 3.000 arrêts desservis, le réseau TCL est un formidable outil. Mais l’agglomération bouge, les modes de vie de ses habitants ont changé, les zones d’habitat et d’emploi se développent, les besoins en déplacement se multiplient. Et l’on recommande à tous les citadins de réduire au strict minimum l’usage de la voiture en ville… Parce qu’il redéploie l’ensemble du réseau de bus et favorise l’inter-modalité métro, tram, train, Atoubus répond à ces nouvelles attentes. Concrètement, le Sytral (autorité organisatrice des transports qui pilote l’opération) met à disposition des nouvelles “familles de lignes” : 26 lignes majeures (de C1 à C26), 71 lignes complémentaires (de 2 à 100) pour desservir les quartiers et communes, 27 lignes de proximité et spécifiques pour faciliter les déplacements inter-quartiers ou desservir, par exemple, les zones d’activités. Le tout, avec de nouveaux horaires, des tracés plus pertinents, davantage de fréquences et un renouvellement conséquent du parc de véhicules.

Offrant 110 places confortables et sûres (contre 70 à 80 pour les bus classiques), les Citelis articulés passent de 16 à 79 ! Ils équiperont les 26 lignes fortes desservant les grands axes et la périphérie de la ville, circuleront 7 jours sur 7, de 5h à minuit, avec des fréquences de 8 à 10 minutes y compris pendant les vacances scolaires, ce qui va donner lieu au recrutement de 200 conducteurs. Sans attendre de recevoir le kit d’information, il est possible de se familiariser dès maintenant avec Atoubus sur le site Internet dédié. Parmi les rubriques futées, “Ce qui change près de chez vous” + la possibilité de visualiser le nouveau réseau et de comparer son itinéraire actuel au nouvel itinéraire Atoubus. De quoi acquérir très vite et sans effort de nouveaux réflexes.

atoubus.tcl.fr


Courir s’inscrire !

Le jour de gloire de la course à pied s’appelle “Run in Lyon” et la date est déjà fixée au 2 octobre. C’est la 2e édition d’un format magique qui associe les efforts de tous au même moment et sur un même lieu, pour les trois courses phares que sont le 10 km, le semi et le marathon… Du lourd, du très lourd pour toute la grande famille des coureurs à pied, pros ou amateurs de tous niveaux, pour un spectaculaire départ place Bellecour et des parcours découverte de tous les charmes urbains. Attention particulière cette année sur la fluidité du trafic pour que chacun puisse vivre sa course dans les meilleures conditions, et ce pour les 15 000 participants attendus… “Run in Lyon” est une compèt’, certes, mais aussi et surtout une grande fête avec village d’animations sportives et culturelles ouvert à tous. Participants, visiteurs, curieux…, juste pour voir ou poser le pied sur la ligne de départ.

Inscription en ligne (runinlyon.com) ou par courrier : Génération Oxygène, vélodrome du parc, parc de la Tête d’or, 69006 Lyon. Tél : 04.72.44.92.32.


Voyages dans le temps

Thème des Journées du patrimoine 2011, “L’invitation au voyage” inspire les communes, institutions et associations du Grand Lyon : ouvertures inédites de sites au public, expositions et animations consacrées à “tout ce qui se déplace”…, un vent de renouveau souffle sur le 3e week-end de septembre.

Belle mobilisation. Sur les 58 communes du Grand Lyon, 52 participeront aux Journées du patrimoine désormais pilotées à l’échelle de l’agglomération et même au-delà puisque, dans le cadre de l’Euro-métropole lyonnaise, Saint-Etienne Métropole, le Pays viennois et les Portes de l’Isère s’associent à l’événement. Outre les incontournables grands monuments de centres-villes, l’“Invitation aux voyages” sera l’occasion de raconter les évolutions des voies de communication sous toutes leurs formes, à travers leurs usages et leurs effets sur le territoire.

Ainsi s’ouvriront pour la première fois lors des Journées du patrimoine, les 17 et 18 septembre, le relais de poste du Vieux logis (à Limonest), le centre de maintenance du tramway (à Meyzieu), le technicentre TGV à Gerland, celui du TER de la Mouche. De même : les musées Gallo-romains et le Service archéologique de la Ville de Lyon présenteront le réseau routier d’Agrippa et des Nautes ; les musées Gadagne, l’arrivée du chemin de fer à Lyon et la construction des grandes infrastructures routières, portuaires et aériennes ; les Archives municipales, le transport fluvial ; la Bibliothèque, l’histoire des rues ; le musée des Tissus, les routes de la soie ; le musée Malartre, “100 ans de cartes routières”…, tandis que le Grand Lyon nous conviera à visiter le chantier du tunnel de la Croix-Rousse. Sur l’eau, outre les balades et croisières de VNF, Navig’inter…, la Chambre de commerce accueillera une grosse expo sur l’histoire et l’avenir du transport fluvial, tandis que les Ailes anciennes de Corbas évoqueront celle du carrefour aérien lyonnais… Très beau sujet, donc, très beau programme aussi, en diffusion (lieux publics) et en ligne à partir du 1er septembre. grandlyon.com et lyon.fr


Pont Schuman : 2014

Silhouette fine, double arche suspendue en appui sur une pile centrale, le pont Schuman reliera Vaise (9e) à Serin (4e en 2014. Doté de 4 voies de circulation, de pistes cyclables et trottoirs latéraux, il donnera lieu, à ses jonctions sur les 2 rives, à d’importants réaménagements menés dans le cadre du projet Rives de Saône. A sa mise en service, la passerelle Mazaryk sera quant à elle déclassée et réservée aux piétons et cyclistes. Démarrage des travaux : courant 2012. Toute l’info : Maison des projets, 3 chemin de Serin (4e).

maisonprojetserin@grandlyon.org


Chimie propre

Initié par le pôle de compétitivité Axelera, le projet lyonnais INDEED, répondant à l’appel à projets national sur les Instituts d’excellence en énergies décarbonées, a été sélectionné par l’État. Visant la mise au point de l’“usine du futur” dans la vallée de la chimie et doté d’un budget de 145 M€, INDEED va concentrer ses recherches sur les bioénergies, les procédés bas carbone et le recyclage ses sous-produits. Ces travaux mobiliseront 120 chercheurs jusqu’en 2021.


Bon pour Lyon

Au 10e baromètre Ernst & Young sur “l’attractivité du site France 2011”, Lyon est jugée par 51 % des investisseurs étrangers interrogés comme « la ville entreprenante de demain capable de rivaliser avec Paris ». Soit une progression de 7 points par rapport à 2010 (où Lyon arrivait déjà en tête mais avec 44 %).


Covoiturage pour sortir

Fort du succès du covoiturage pour les déplacements domicile-travail, le Grand Lyon proposera dès septembre, en partenariat avec certaines salles, une expérimentation de covoiturage pour aller au spectacle. Lorsque l’on réservera un billet en ligne, le système permettra d’être orienté, via un lien hypertexte, vers le site de covoiturage pour chercher une place ou des passagers. covoiturage-pour-sortir.fr


Tout pour la vie étudiante

Logement, accueil des étudiants internationaux, mobilité, jobs, prévention et santé, culture et sport, Pass’culture, vie associative, cyberespace…, comme pour chaque rentrée universitaire, l’Université et la Ville de Lyon préparent l’espace Multiservices qui propose tout ce qui est nécessaire à une bonne intégration dans la ville. De début septembre à mi-octobre (dates et horaires prochainement en ligne) 25 rue Jaboulay (7e).

lyoncampus.info


Beau CV pour l’ENBA

Actuel directeur de l’École supérieure d’art et de design de Saint-Etienne, diplômé de Normale Sup’, ex-directeur de l’Institut français de Bilbao puis de l’École régionale des Beaux-arts de Valence, président de l’Association nationale des directeurs d’écoles d’arts et de l’association Zéro 4, revue dédiée à l’art contemporain en Rhône-Alpes, Emmanuel Tiboux vient d’être nommé directeur de l’École nationale des Beaux-arts de Lyon. Il prendra ses fonctions à la rentrée.


Asso de forums

Comme chaque année, les forums d’associations vont se dérouler dans chacun des 9 arrondissements les tout premiers jours de septembre : 1er et 4e, le 3 ; 7e et 8e, le 4 ; 2e, 3e, 5e, 6e et 9e, le 10, hors délais pour être annoncés dans l’édition de Lyon Citoyen de rentrée. En temps utiles, toute l’info auprès des Mairies, de Lyon en direct et en ligne. 04.72.10.30.30 / lyon.fr


Promenades architecturales

Édité par la Maison de l’architecture Rhône-Alpes et les éditions Archibooks, le plan guide “Rhône-Alpes, Grand Lyon architectures contemporaines” réunit 140 bâtiments (célèbres ou non) de 1906 à nos jours. Issue de ce plan guide, l’exposition “Promenades architecturales” permet de « lire » l’évolution architecturale lyonnaise sur plus d’un siècle. Archipel, centre de culture urbaine, 21 place des Terreaux. Jusqu’au 18 septembre du mardi au dimanche de 13h à 19h.


Ruse touristique

Question : pourquoi l’Office du tourisme du Grand Lyon assure-t-il chaque été un accueil face à la station de métro St-Jean ? Pour accueillir les touristes dans le Vieux-Lyon ? Exact. Et surtout, comme c’est ici qu’ils sont les plus nombreux, pour les inciter à visiter d’autres quartiers.


Dans quelles écoles ? (Printemps et été 2011)

1er : Groupes scolaires (GS) Victor-Hugo, Doisneau, Tables-Claudiennes, Aveyron

2e : GS Lamartine, Maternelle Gilibert, Lucie-Aubrac, Condé

3e : GS Painlevé, GS Mazenod, GS Léon-Jouhaux, GS Charial, Maternelle Laurent-Mourguet, Dolet, Nové-Josserand, Condorcet, Paul-Bert, Montbrillant

4e : GS Lapierre, GS Cornier, GS Jean de La Fontaine, Cdt-Arnaud

5e : Maternelle Champvert, Camus, Joliot-Curie, Diderot, Gémeaux

6e : GS Jean-Racine, GS Jean-Couty, GS Louis-Pradel, GS Jean-Rostand, Jean-Jaurès, Montaigne, Ferry, A-Remond

7e : GS Berthelier, Cavenne, Pagnol, Rue du Rhône, Briand, Ravier, Berthelot, Dru, Chavant, M.-Bloch, Veyet

8e : GS Lumière, Maternelle Paul-Emile-Victor, GS Olympe-de-Gouges, Primaire Jean-Macé, GS Fournier, GS Péguy, Maternelle Delorme, Élémentaire Delorme, École primaire Paul-Emile-Victor, GS Simone-Signoret, Combe-Blanche, Herriot, Mermoz, Pasteur, J.-Macé, Giono, Pergaud, Kennedy

9e : GS Chapeau-Rouge, Primaire Jean-Zay, GS Berlioz, GS La Sauvagère, C.-Bayard, M.-Carême, Hepburn, La Gare d’eau, Les Fougères, F.-Mistral, Daudet, Les Grillons.


Bien dans leur assiette

Dès la rentrée prochaine, grâce à l’ouverture de nouveaux selfs et à la création de 23 postes, la capacité d’accueil des restaurants scolaires sera de 23 000 repas/jour soit + 5 % par rapport aux pics de cette année et + 20 % par rapport à la moyenne.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   24

Похожие:

Informations du Comité Louis Braille iconInformations du Comité Louis Braille

Informations du Comité Louis Braille iconInformations du Comité Louis Braille
«dans le noir» pour ceux qui le désiraient. Après la coupe de champagne offerte par la mairie, chaque convive a pu apprécier, dans...
Informations du Comité Louis Braille iconInformation du comité Louis Braille

Informations du Comité Louis Braille iconInformation du comité Louis Braille
«Chèque Domicile Liberté» qui fonctionne depuis plus d’un an. Prenez connaissance de ce qui suit et si vous avez besoin de renseignements...
Informations du Comité Louis Braille iconWashington University in St. Louis, Department of Biology, St. Louis, mo 63130

Informations du Comité Louis Braille icon1 Informations générales à propos de Mysql

Informations du Comité Louis Braille iconListing of items in the National Braille Reserve Collection

Informations du Comité Louis Braille iconPhilip louis staddon

Informations du Comité Louis Braille iconWashington University in St. Louis

Informations du Comité Louis Braille iconComité d’éthique en recherche médicale et en santé

Разместите кнопку на своём сайте:
Библиотека


База данных защищена авторским правом ©lib.znate.ru 2014
обратиться к администрации
Библиотека
Главная страница